Processus d’écriture ou le syndrôme de la feuille grise

HP Pavillion 2k9

Le topic originel ayant disparu du forum de l’Abcdr, il renaît de ses cendres ici-même avec le All Star Game de ce blog jeu à de rares absences près : Catin, Aspeum, JB et Nicobbl, zo., Mehdi, RG Prod, Reivax, yacine_, Lartizan, Aircoba, Jean-Pierre LMR, Mind, Balla et Alchi en guest et l’ombre de Bax qui plane sur les débats.

Meilleur topic du monde (des névrosés) ?

somnoleur140
21-08-2008 11:45:21

Bon, tout part de là :

somnoleur140 a écrit:
Vu que t’es en ligne seb.d, j’annonce, avec arrogance (pléonasme), que la chro de Métèque & Mat avance bien. Et que je fais en sorte qu’il n’y ait personne qui puisse passer après moi, façon Bubka et ses 6,15 mètres, sans tenir la comparaison.

Idem pour Jusqu’à L’Amour.

Dave Anse, Jean Rigole.

Rg Prod a écrit:
Impatient de voir ce que tu as écrit dessus…
J’ai aussi l’intention d’écrire quelque chose sur le « Métèque et mat »…peut être dans moins de 10 ans, j’aurais réussi à coucher quelque chose sur papier et vaincre cette « peur » de me lancer vraiment…

somnoleur140 a écrit:
C’est quelque chose qui m’intrigue ça. Le processus d’écriture. Ou de non-écriture. Ça mérite limite un topic un peu sérieux qui parte pas en dérive à partir de 23h avec les mecs qui sont hot et ont un cal dans la paume à force de mater redtube. La chro de Métèque et Mat, je l’ai déjà écrite 40 fois. Mais dans ma tête. faut que j’attende que le coeeficient de marrée soit assez élevé pour vomir tout ce qui a macéré dans la tête et dans le bide. J’ai commencé à vomir ce matin.

Pour rigoler, j’ai lu ça : http://www.rap2k.com/albums-rap-41442-meteque-et-mat.html

Bon, je suis dans la merde. Rien que l’intro que j’ai écrite ce matin dans le train est plus longue que sa bafouille… haha, putain, va falloir que je fasse une trilogie comme Le Parrain. Métèque & Mat part I, II, III. Je vous plains, potentiels lecteurs, ça va être long à bouffer si je me mets pas en tête un directors’ cut à la fin.

Et vu que je porte la poisse avec mes topics et que j’ai pas super envie d’être solo dans ce coup-là, si les JB, Medhi, Xavier, Aspeum, yacine_, zo., Julien & Co sont chauds, ça m’intéresserait ce putain de topic. Histoire d’échanger et de comprendre.
Le « & Co », c’est les gens que j’ai pas cité mais qui peuvent se sentir concerné : RG bien sûr( en première ligne, même !), Aircoba, Antho, Nemo, Nicobbl, etc… No offense.

Méthodes, blocages, inspiration, anecdotes… y’a de quoi balayer.

__________________________________________________________________
olivier catin
21-08-2008 12:12:33

N’étant pas cité dans ta liste d’écriveurs, je suppose que mes méthodes, blocages, inspirations, anecdotes … ne t’intéressent pas.
Oui, offense!

Allez, vu que tout le monde va zapper ton topic je t’aide.
Niveau méthode, j’avoue, vers la fin de notre « collaboration », quand je finissais un article je le relisais en me demandant si Yacine_ pourrait s’en offusquer. La réponse était toujours oui ( et la suite me donnait raison) donc je jugeais que j’avais rempli mon contrat. Ce qui précède est totalement faux mais l’amitié ça s’entretient.
Avec du recul je me demande si on m’avait pas embauché là bas pour que mon « impertinence » contrebalance sa pertinence.

Niveau blocage, c’est surtout qu’il faut éviter de lire le papier d’un autre type sur le même sujet, je parle pour des chroniques de disques là. Moi ça me bloquait, vu que j’ai tendance à penser que l’autre est forcément meilleur. Le pire étant surement d’écrire sous la contrainte d’une actualité : un album peut être bon sans qu’il soit intéressant d’en faire des tonnes parfois.
Après j’avoue ne pas avoir le souvenir d’une chronique, ou d’un papier qui m’aurait pris plus de 45 minutes à écrire, le truc est cogité et ça sort quand ça doit sortir, avec les punchlines du moment. Pour essayer d’écrire tout à fait autre chose en ce moment, ce procédé a ses limites.

__________________________________________________________________

somnoleur140
21-08-2008 12:25:06

Quel con ce mec IoI
Tu postes pas pendant 10 piges et hop-la, tu reviens juste pour me mettre dans la merde parce que je t’ai pas cité, salopard va.

Bon, merci pour ta pitié en effet. Lire le papier d’un autre m’influence pas du tout. Peut-être en termes d’émulation, à la limite. Mais ça me démotive jamais si je juge que je peux pas faire mieux. Y’a tellement d’angles de vue et de tir que y’a peu de chance pour que le gars qui t’as précédé t’ai pris le créneau, même si ça arrive + souvent que les esprits rationnels le voudraient.

Ecrire sous la contrainte : c’est mon taff. 10 heures par jour. J’écris sur commande. Un truc de ouf. Ça explique que parfois, je sois à sec, et que j’ébauche mes écrits dans la tête, à partir de pistes, d’axes. Souvent, c’est à partir d’une phrase que je décide de mon angle.

Encore pire, « autrefois », j’ai déjà écrit des trucs simplement parce que j’avais trouvé un titre ou une punchline qui méritait à lui / elle seul(e) la lecture. On appelle ça l’immaturité. Mais ça me sert encore, me suffit d’une accroche et je déroule le fil et je ponds un papier rapidement.

Le truc que j’avais écrit pour detailsmatter, c’était juste une question de temps pour pouvoir l’écrire. Tout était en place depuis qq semaines, je l’ai écrit dans le train (20 minutes), qq trucs ont été à peine retouchés, mais j’ai pas dévié de mon idée de départ, bien plus abouti qu’un canevas, qui était virtuelle.

Le kif, c’est de chroniquer que ce que tu aimes vraiment. Ecrire sous la contrainte, je suis payé pour, autant éviter en dehors du bureau. Et chroniquer un album qu’on a pas aimé, c’est une souffrance. Pour me venger, je préfère passer mes nerfs sur le forum. ça se voit souvent d’ailleurs…

__________________________________________________________________
detailsmatter
21-08-2008 12:28:48

C’est un très mauvais lancement de topic, mais je vais t’aider en évoquant un truc auxquel je pensais ce matin.

Ce qu’on écrit et ce qui est lu

Dans la liste des articles que j’ai écrit pour l’Abcdr, un d’entre eux occupe une place particulière : la chronique du premier album de Karlito. Si on met de côté les interviews, je pense que c’est l’article de mon cru qui a suscité le plus de retours enthousiastes. Or, très rapidement, j’ai détesté cet article, pour son côté très scolaire. Et à chaque fois qu’on me citait cet article, je balayais le compliment d’un revers de main.

Aujourd’hui, je pense que cette réaction – la mienne – était surtout l’incapacité à accepter qu’il émanait de cet article autre chose que ce que j’avais voulu y mettre. Je m’explique. Parfois, on écrit en voulant dire quelque chose, on échoue, et pourtant des gens y voient quelque chose. Mais puisqu’on sait qu’on a échoué à écrire ce que l’on avait prévu d’écrire, on refuse de croire qu’il y a peut-être autre chose qui s’est glissé.

En fait, c’est un profond manque d’humilité que de ne pas savoir entendre un compliment que l’on pense ne pas mériter.

Ce qui est marrant, c’est que j’ai rapidement remarqué cette attitude chez les rappeurs, incapables de comprendre que leurs seconds albums, mieux maîtrisés à leurs yeux et plus proches de ce qu’ils voulaient faire, étaient moins bons que leurs premiers. Mais j’ai mis du temps à me rendre compte que j’avais le même comportement.

[…]

Mise en abyme : cette anecdote était plus claire dans ma tête.
__________________________________________________________________
detailsmatter
21-08-2008 12:31:27

somnoleur140 a écrit:
Ecrire sous la contrainte : c’est mon taff.

Tu peux nous en dire plus ?

__________________________________________________________________
somnoleur140
21-08-2008 12:37:29

detailsmatter a écrit:
Parfois, on écrit en voulant dire quelque chose, on échoue, et pourtant des gens y voient quelque chose. Mais puisqu’on sait qu’on a échoué à écrire ce que l’on avait prévu d’écrire, on refuse de croire qu’il y a peut-être autre chose qui s’est glissé.

J’ai envie de dire que c’est pas seulement « parfois », c’est quasiment systématique. Pas sur toute la longueur d’un texte ou d’une œuvre, mais c’est limite obligatoire. C’est une espèce de distorsion auteur / lecteurs. Et c’est vrai que, à la première impression, sans recul ni analyse, c’est pas flatteur pour l’égo.

Bon, Rémi, le lancement de topic n’était qu’un prétexte, fallait bien que quelqu’un ouvre (mal) le bal. Ça ne pouvait être que moi.

__________________________________________________________________
somnoleur140
21-08-2008 12:44:35

detailsmatter a écrit:
somnoleur140 a écrit:
Ecrire sous la contrainte : c’est mon taff.
Tu peux nous en dire plus ?

Hum. Bon, il faut que je sois capable de pondre un texte en modulant le champ lexical et le ton suivant les volontés d’un client et le cadre de sa commande. Du sur-mesure. Autant un descriptif d’une église médiévale au fin fond de Venise, qu’une expo au Musée du Quai Branly. Autant un match de foot de Ligue 1 que de National (j’ai pas trop d’efforts à faire pour les distinguer en général, ahum…). Je tâte aussi des foires, internationales, régionales, municipales, françaises ou étrangères, etc… Y’a autant de cas que d’événements culturels ou de monuments sur la planète. Sans y avoir jamais foutu les pieds mais sans que l’on puisse jamais me prendre en défaut.

Ces lieux / événements sont imposés par le client ou la boîte selon la ligne édito du moment. A moi de composer. Et c’est au kilomètres (avec objectifs journaliers et hebdos).

J’avais déjà fait ça avec un site web de foot où je résumais des matches sans les avoir vu. Aucun mec dans les commentaires n’a jamais réussi à me dire que je n’avais pas vu le match… L’horreur, ça me fait peur quand j’y pense.

__________________________________________________________________
yacine_
21-08-2008 14:12:10

olivier catin a écrit:
Avec du recul je me demande si on m’avait pas embauché là bas pour que mon « impertinence » contrebalance sa pertinence.

De mémoire c’est parce que tu publiais déjà des chroniques en les adressant juste à Pam. Mais on ne te connaissait pas dans le staff, j’ai trouvé qu’il fallait clarifier la situation, les autres ont été d’accord & t’es arrivé. Mais sinon, les quotas de pertinence et d’impertinence étaient déjà globalement remplis, c’est juste qu’on était toujours ouverts aux nouveaux rédacteurs vu que l’ancienne école avait pas mal épuisé sa motiv’ & que le Soldat Inconnu & moi on commençait aussi à se lasser.

Jolie transition, mes meilleurs souvenirs d’écriture c’est les « Revues de Presse » (je vis dans le passé, je sais) car aujourd’hui, en les lisant, j’arrive pas à distinguer les apports de chacun de nous alors qu’on écrivait séparément. Ca file juste fluidement d’un ton gentiment moqueur et assez homogène…. D’ailleurs, j’ai pas de souvenir précis d’avoir écrit ces revues de presse, je me souviens juste des éclats de rire qu’on avait avec le Soldat en épluchant les magazines.

Et je blinde mon post à la dinde : Vive Aspeum et ses chroniques de l’époque 2002-2003. Elles m’ont littéralement traumatisé, tellement de raisonnements qu’il avait pas besoin de faire du style. La semaine dernière, je repensais encore à ce qu’il disait sur X-RAISONS. Donc respect aux pionniers.

__________________________________________________________________
Nicobbl
21-08-2008 14:15:10

C’est mortel comme idée de sujet. Ca va un peu griller le « truc » à venir de JB mais c’est mortel.

Putain, quand je reviens sur les phases qui peuvent me venir en tête pour pondre des écrits, j’en viens à me dire que j’devrais passer par la case hôpital psychiatrique.

J’avais des embryons de chros de pas mal d’albums ici et là. Sur des albums tellement majeurs que j’ai jamais réussi à les boucler. Ouais, les albums majeurs où on place la barre si haute qu’on n’ose même pas écrire dessus. Les « Ready to die », « It takes a nation…. » et autres « Ombre est lumière ». Impossible de résumer les impressions que des trucs comme ça nous ont foutu sur la gueule. J’ai bien torché quelques trucs sur ces disques qui m’ont pété le cerveau (« Illmatic » ou « Conçu pour durer »)…. mais j’en suis toujours insatisfait. Ah, j’suis pas mécontent de ma chro’ de « Temples of boom ». Un album qui a compté.

Toujours plus facile d’écrire sur des trucs dont tout le monde se contrefout en fait.

Ah et niveau inspiration, plein de trucs…. les images dans ma cervelle, les lectures des canards (enchainé) de chevet, les expressions entendues ici et là.

Ah, et en tant que lecteur, j’confirme: un vrai plaisir ces « revues de presse » Yacine_.

Rémi, je te l’ai déjà dit quelques fois, mais j’ai toujours été marqué par ta chro’ du Karlito.

__________________________________________________________________
Mehdi
21-08-2008 14:20:50

olivier catin a écrit:
Niveau blocage, c’est surtout qu’il faut éviter de lire le papier d’un autre type sur le même sujet, je parle pour des chroniques de disques là. Moi ça me bloquait, vu que j’ai tendance à penser que l’autre est forcément meilleur.

Exactement pareil. Ca me l’a encore fait tout à l’heure avec la chronique de « Métèque et Mat » issue de Rap2k que somno a posté. Déjà, sans être extraordinaire, je la trouve bien foutue et plutôt bien écrite. J’aime bien le fait que le mec assume complètement le côté fan et qu’il aborde son papier sur un ton vachement personnel, loin de la neutralité qu’on peut avoir sur certaines chroniques…Et après l’avoir lu…Je me suis senti définitivement incapable d’écrire quelque chose sur « Métèque et Mat ». En fait, je suis assez admiratif des gens qui arrivent à mettre l’affection parfois démesurée qu’ils peuvent avoir pour un artiste pour essayer d’écrire quelque chose de…comment dire…Objectif (avec tous les risques que comporte ce mot:)) ? J’avais essayé de faire ça pour « Poétiquement correct » mais l’album n’étant pas à la mesure du talent de Dany Dan, la tâche était plus aisée.

somnoleur140 a écrit:
Le kif, c’est de chroniquer que ce que tu aimes vraiment.

Grave. Je vois pas trop l’intérêt de parler d’un disque que j’aurai pas apprécié. Sauf si l’attente avait été particulièrement grande.
Mais sinon, les quelques chro/articles que j’ai écris ont été faîtes relativement rapidement également. Les grandes lignes germent déjà dans mon esprit et, quand je me sens le courage de commencer, ça déroule…Le problème c’est qu’étant super fainéant, je prenais parfois même pas la peine de me relire ou de perfectionner ce qui pouvait l’être…Du coup, sur les derniers trucs (et notamment grâce aux relectures high level de JB ou Julien), je prends un peu plus de temps, en essayant de repasser quand même sur le premier jet. Mais l’article sur Shurik’n paru dans sur detailsmatter ou celle de « Poétiquement correct » notamment, ça a été fait en 1 fois.
Alors que (merci JB !), je suis pas mal repassé sur celle de « Rois sans couronne ».

Ce qui est intéressant c’est de réfléchir à ce qui va te pousser à décortiquer un disque…Somno disait que ça pouvait juste être une punchline. Pour « Rois sans couronne », c’est le côté « Rappeur revenu des ténèbres » qui m’a donné envie de parler de ce disque alors que je l’ai pas vraiment réécouté depuis, l’article sur Shurikn c’est Sear et Mouloud dans « On refait le rap », la chro sur Gyneco c’est quand je l’ai vu en short aux Universités d’été en train de taper le cuir avec Douste-Blazy…

__________________________________________________________________
somnoleur140
21-08-2008 14:22:49

Nicobbl a écrit:
C’est mortel comme idée de sujet. Ca va un peu grillé le « truc » à venir de JB mais c’est mortel.

Putain, quand je reviens sur les phases qui peuvent me venir en tête pour pondre des écrits, j’en viens à me dire que j’devrai passer par la case hôpital psychiatrique.

J’avais des embryons de chros de pas mal d’albums ici et là. Sur des albums tellement majeurs que j’ai jamais réussi à les boucler. Ouais, les albums majeurs où on place la barre si haute qu’on n’ose même pas écrire dessus. Les « Ready to die », « It takes a nation…. » et autres « Ombre est lumière ». Impossible de résumer les impressions que des trucs comme ça nous ont foutu sur la gueule. J’ai bien torché quelques trucs sur ces disques qui m’ont pété le cerveau (« Illmatic » ou « Conçu pour durer »)…. mais j’en suis toujours insatisfait. Ah, j’suis pas mécontent de ma chro’ de « Temples of boom ». Un album qui a compté.

Toujours plus facile d’écrire sur des trucs dont tout le monde se contrefout en fait.
On en revient au truc des « vaches sacrées » qu’évoquait JB avec Ombre est Lumière ». Est-ce que c’est lié à la pression (virtuelle) que te met d’avance ton éventuel lectorat ? Ou c’est un complexe d’infériorité, avec la peur d’être « mauvais » (tout est relatif) à côté du monument et de ce fait, de ne pas le respecter ou lui faire honneur ?

ça me fascine pas mal ce truc.

__________________________________________________________________
olivier catin
21-08-2008 14:25:49

Je crois qu’y a aucune chronique qui m’a marqué. C’est pas pour minimiser le truc mais bon, moi je l’ai toujours vu comme une sorte de compte rendu de voyage. Personne peut dire « j’ai été traumatisé en lisant le guide du routard ». Les chroniques, telles que je les écrivais, c’était dans cette optique : je reviens d’un voyage, voilà ce que j’ai vu (même la chro sur tony parker). On se branle deux minutes autour, mais en vrai j’ai jamais rien écrit d’autre que des renseignements à des consommateurs.
Si j’avais eu du talent j’aurais pas écrit sur celui des autres.

__________________________________________________________________
Nicobbl
21-08-2008 14:29:24

Hum… en fait, c’est plutôt une question de niveau d’exigence personnel. Parce que mine de rien, j’crois qu’on a tendance à vouloir placer la barre (très) haut. Et encore plus haut quand il s’agit de monuments. Tellement denses qu’on ne s’imagine pas les résumer en une trentaine de lignes.

D’ailleurs, c’est aussi pour ça que j’écris en ce moment sur « The Formula » plus que sur « Ready to die ». Alors que j’ai un brouillon de chro’ de « Ready to die » depuis… hum…. trois ans ?

__________________________________________________________________
somnoleur140
21-08-2008 14:32:25

Je partage la même opinion. Au pire, tu te fais plaisir avant tout, c’est une bonne masturbation où t’es sûr de kiffer en solo, avant d’éventuellement faire rentrer ton client, qui paye jamais d’ailleurs. C’est plutôt toi qui prends cher en général. C’est davantage le style qui me marque. Un type comme Yann Cherruault qui a taffé pour le fanzine The Truth avait un putain de style. Tu lisais un papier à l’aveugle, tu le reconnaissais. Le style et le prisme par lequel tu analyse les choses (la musique, le texte, l’ambiance…), c’est ce qui prime quand je lis quelqu’un. La vision avant l’information, même si cette dernière aide à façonner ta vision et celle de celui qui te lit ensuite.

Nicobbl a écrit:
Hum… en fait, c’est plutôt une question de niveau d’exigence personnel. Parce que mine de rien, j’crois qu’on a tendance à vouloir placer la barre (très) haute. Et encore plus haut quand il s’agit de monuments. Tellement denses qu’on ne s’imagine pas les résumer en une trentaine de lignes.

D’ailleurs, c’est aussi pour ça que j’écris en ce moment sur « The Formula » plus que sur « Ready to die ». Alors que j’ai un brouillon de chro’ de « Ready to die » depuis… hum…. trois ans ?
L’exigence personnelle ok, mais y’a nécessairement un rapport avec « l’autre » qui rentre en ligne de compte. Sinon, tu as beau être Garcia Marquéz, si tu soumets pas ton travail à la plèbe, ça reste un journal intime et l’exigence personnelle est à géométrie (très) variable.

Un conseil pour le « Ready To Die » : fais comme moi, dis publiquement que c’est en route. Tu pourras plus faire machine arrière.

__________________________________________________________________
olivier catin
21-08-2008 14:40:14

Oui, le style ça compte. Un mec comme Thomas Blondeau (?) de Radikal, je détestais son style, super pédant etc., mais tu captes direct que c’est lui qui écrit. Souvent je lisais ses chros juste pour m’énerver. Du coup j’ai retenu son nom, alors que je suis incapable de citer des chroniqueurs. y avait une fille avec un prénom arabe qui écrivait ses chros avec les pieds surement, à Radikal aussi, son style m’a marqué lui aussi, mais pas son nom.

__________________________________________________________________
Nicobbl
19 21-08-2008 14:41:52

Yep, y’a une partie personnelle…. ET collective. Le collectif, c’est avant tout la rédac’ et les habitués de l’Abcdr que tu peux (virtuellement) estimer. Ca crée une bonne émulation. Surtout que bon, j’considère qu’entre Antho’, Greg ou JB y’a de gros clients niveau écrits (je n’oublie pas les autres, mais disons que ces trois loustics sont ceux qui me scotchent le plus.)

Pour « Ready to die », j’ai arrêté de dire que c’était en route. Plus d’essence. Panne sèche. Comme Polo.

__________________________________________________________________
detailsmatter
21-08-2008 15:02:58

somnoleur140 a écrit:
Encore pire, « autrefois », j’ai déjà écrit des trucs simplement parce que j’avais trouvé un titre ou une punchline qui méritait à lui / elle seul(e) la lecture. On appelle ça l’immaturité.

Idem. Là encore, c’est l’ego qui parle trop fort. Piège difficile à éviter…

somnoleur140 a écrit:
L’horreur, ça me fait peur quand j’y pense.
Je crois que ton boulot est assez proche de la vision que je me fais de l’enfer.

Que je comprenne bien : comment ça s’appelle une boite comme celle dans laquelle tu travailles ? Un prestataire de contenu ?

yacine_ a écrit:
Et je blinde mon post à la dinde : Vive Aspeum et ses chroniques de l’époque 2002-2003. Elles m’ont littéralement traumatisé, tellement de raisonnements qu’il avait pas besoin de faire du style. La semaine dernière, je repensais encore à ce qu’il disait sur X-RAISONS. Donc respect aux pionniers.

Je ne savais pas ; je suis étonné et touché.

olivier catin a écrit:
Niveau blocage, c’est surtout qu’il faut éviter de lire le papier d’un autre type sur le même sujet, je parle pour des chroniques de disques là. Moi ça me bloquait, vu que j’ai tendance à penser que l’autre est forcément meilleur.

Pendant un temps, j’avais adopté la technique inverse. Avant d’écrire, j’essayais de lire le maximum de choses sur le disque en question : interviews, portrait, mais aussi chroniques. L’idée, c’était de voir ce que j’avais à dire en plus de ce qui avait déjà été dit.

D’ailleurs, j’ai découvert qu’une des méthodes qui s’est créé au fil du temps en ce qui me concerne est l’équivalent de la marée. Deux mouvements contradictoires qui s’alternent. D’abord, emmagasiner un maximum de choses, pour ensuite en garder le moins possible. Ratisser large, puis épurer à mort.

J’ai appliqué à outrance cette méthode pour écrire la chronique de « Panthéon », qui reste une de celles dont je suis content.

Mehdi a écrit:
Pour « Rois sans couronne« , c’est le côté « Rappeur revenu des ténèbres » qui m’a donné envie de parler de ce disque

Les meilleurs articles sont ceux qui racontent une histoire, assurément. C’est contradictoire avec le compliment que m’a fait Yacine_, mais ça ne fait pas de doute pour moi.

olivier catin a écrit:
Je crois qu’y a aucune chronique qui m’a marqué. C’est pas pour minimiser le truc mais bon, moi je l’ai toujours vu comme une sorte de compte rendu de voyage. Personne peut dire « j’ai été traumatisé en lisant le guide du routard ».

Juste parce que l’occasion est trop belle.

Un jour, à l’Abcdr, on reçoit tous un email assez étrange. Un gars nous dit qu’il lit le site depuis quelques temps, qu’on lui a conseillé de nous envoyer un truc qu’il a écrit. Je ne comprends pas tout, mais j’ouvre la pièce-jointe. Je comprends qu’il s’agit d’un interminable compte-rendu de voyage, entrecoupé de descriptions de morceaux qu’il écoutait à ce moment-là.

A la fin de la lecture, je contacte le gars pour lui proposer d’aller boire un verre. Et c’est ainsi que j’ai rencontré Anthokadi.

__________________________________________________________________
JB
21-08-2008 15:08:20

somnoleur140 a écrit:
On en revient au truc des « vaches sacrées » qu’évoquait JB avec Ombre est Lumière ». Est-ce que c’est lié à la pression (virtuelle) que te met d’avance ton éventuel lectorat ? Ou c’est un complexe d’infériorité, avec la peur d’être « mauvais » (tout est relatif) à côté du monument et de ce fait, de ne pas le respecter ou lui faire honneur ?

Perso, le problème que j’ai avec un album comme ça, c’est que je l’ai écouté avec mes oreilles d’enfant. Et ces oreilles-là, elles n’avaient pas conscience de la notion de production, de flow, d’interprétation, de direction artistique, etc. Je l’écoutais, je l’aimais. Et c’est vachement difficile de transposer ce sentiment dans un vocabulaire journalistique 14 ans après. Pourtant quand je l’écoute aujourd’hui, j’arrive à me formuler pourquoi ça défonçait tellement, mais les oreilles d’enfant prennent toujours le dessus. Donc j’abandonne.
L’exigence personnelle ok, mais y’a nécessairement un rapport avec « l’autre » qui rentre en ligne de compte.
J’osais pas le dire de peur qu’on grille mes grosses ficelles, mais à chaque fois que j’écris une chronique, je pense systématiquement à un mec qui serait le relou de service sur le forum. En fait, je pense à Bax. Mon objectif, c’est d’écrire un papier sur lequel il n’aurait aucune prise. Ce serait impossible pour lui de venir me dire 1) que je fais de la branlette ; 2) que je passe à côté de l’essentiel, à savoir la musique ou 3) que mes infos sont inexactes. C’est un espèce de lecteur ultime, un type quasi-omniscient, contre lequel je me bats à chaque article.

__________________________________________________________________
olivier catin
21-08-2008 15:09:03

Ça tue.

__________________________________________________________________
Aircoba
21-08-2008 15:09:16

Des 2 trucs que j’ai écrit à peu près correctement (comprendre qu’au jour d’aujourd’hui, quand je les relis, je trouve pas ça complètement naze en espérant que ça dure), tout ce que je peux te dire c’est que j’ai aucune méthode mais vraiment aucune. A chaque fois, ça partait d’une réelle envie liée à une folie obsessionnelle (Badu) ou à la voix la plus bandante qui puisse exister (Alison Mosshart). Dès que je sens que j’ai de quoi écrire, je prends mon portable, j’ouvre une feuille WORD et je me lance.

Je pense avoir lu toutes les chroniques qui puissent exister sur l’album des Kills, de celle de Rock & Folk qui l’encensait à celle de Chronic’art qui le défonçait. J’avais déjà écouté l’album des dizaines de fois, je savais ce que j’en pensais, comment je le plaçais par rapport aux deux derniers etc. etc. Mais pas forcément ce que j’allais écrire dessus. Lire d’autres chroniques, ça donne surtout des tas d’idées sans forcément pomper. Le coup du blocage, j’le ressens pas ou plus (avant je me disais « ouais mais ça sert à rien, ils écrivent mieux que toi bla bla bla »). Non pas que maintenant j’ai un égo surdimensionné, loin de là, je pourrais facilement faire un blocage rien qu’en lisant un article sur le(s) blog(s) de Bax. C’est juste que si je continue de bloquer pour ça, je fais rien, j’écris rien et j’avance pas.

J’écris simplement pour me faire plaisir, rien de révolutionnaire. Quand j’ai écrit mon truc sur le concert de Badu, le premier objectif, c’était de le relire dans 6 mois et que plein d’images me reviennent… que je me dise « putain de concert quand même ». La seule méthode qui semble se dégager, c’est que je dois m’éclater en écrivant sinon j’arrête tout de suite. Peu importe le temps, j’ai mis 10 jours pour écrire mon article sur Badu, en termes d’heures je sais pas mais ça doit être énorme (je bossais à cette époque, j’y passais pas non plus 8 heures par jour, je vous rassure). En même temps, j’ai dû me relire des dizaines de fois. La dernière chronique que j’ai écrite, j’ai mis très peu de temps si je compare avec celle des Kills donc c’est variable (ce ne sont que mes balbutiements sur blog). De manière générale, aimer ne suffit pas pour que j’écrive. C’est nécessaire mais pas suffisant. Je sens d’emblée si je suis inspiré ou pas, si ça peut venir ou si je dois abandonner.

Je pense que ça arrive à tout le monde mais il m’arrive fréquemment d’avoir des idées quand je suis sur le point de m’endormir, que ce soit pour le taff, la fac ou ce que j’écris pour mon plaisir personnel, et là (si je suis pas trop feignant), j’attrape mon portable et je note de peur d’oublier. En cas de fainéantise aigüe, le réveil est affreux puisque je me souviens toujours de l’idée mais de manière très vague.

Étant donnée l’ancienneté en termes d’écriture que j’affiche au compteur, c’est à prendre à la légère mais en tout cas c’est une très bonne idée ce topic. Je serais curieux par exemple de connaître le temps d’écriture pour le compte-rendu des Eurocks.

__________________________________________________________________
somnoleur140
21-08-2008 15:13:31

detailsmatter a écrit:
somnoleur140 a écrit:
Encore pire, « autrefois », j’ai déjà écrit des trucs simplement parce que j’avais trouvé un titre ou une punchline qui méritait à lui / elle seul(e) la lecture. On appelle ça l’immaturité.
Idem. Là encore, c’est l’ego qui parle trop fort. Piège difficile à éviter…

Clairement. Mais bon, je considère plus ça comme un piège au final. J’accepte ce travers, façon résilience à deux roubles, et si trois fois sur quatre, il me porte atteinte, la fois où il m’est utile, j’en suis bien content.

somnoleur140 a écrit:
L’horreur, ça me fait peur quand j’y pense.

Je crois que ton boulot est assez proche de la vision que je me fais de l’enfer.
Que je comprenne bien : comment ça s’appelle une boite comme celle dans laquelle tu travailles ? Un prestataire de contenu ?

Heu, moi aussi je t’avoue. Mais bon, pour te faire comprendre où j’en étais à ce moment-là, c’était soit je me résolvais à être SDF à Paris avec ma femme, soit je taffais dans une chambre froide dès 3h du matin si la réponse positive était arrivée avant celle de « l’enfer ». Le choix s’est imposé, mais les lieux sont pavés de bonnes intentions. Mon CV se refait une santé, au moins, et je mange à ma faim.

__________________________________________________________________
JB
21-08-2008 15:14:04

Aircoba a écrit:
Je serais curieux par exemple de connaître le temps d’écriture pour le compte-rendu des Eurocks.

Beaucoup plus rapide que le temps d’écriture d’une chronique. En fait, l’avantage, c’est que je savais exactement comment je voulais présenter l’article : des successions d’anecdotes, des encadrés, du son. Quand je me suis retrouvé devant mon ordi, c’est presque uniquement du recopiage (j’avais tout noté dans un cahier sur place). En plus, c’est un format un peu facile, la structure est chronologique donc j’avais pas à faire des ellipses ou des trucs un peu littéraires. Je crois que j’ai rarement écrit un article aussi facilement (à part peut-être le concert de Jay-Z).

__________________________________________________________________
Aircoba
21-08-2008 15:15:08

JB a écrit:
L’exigence personnelle ok, mais y’a nécessairement un rapport avec « l’autre » qui rentre en ligne de compte.

J’osais pas le dire de peur qu’on grille mes grosses ficelles, mais à chaque fois que j’écris une chronique, je pense systématiquement à un mec qui serait le relou de service sur le forum. En fait, je pense à Bax. Mon objectif, c’est d’écrire un papier sur lequel il n’aurait aucune prise. Ce serait impossible pour lui de venir me dire 1) que je fais de la branlette ; 2) que je passe à côté de l’essentiel, à savoir la musique ou 3) que mes infos sont inexactes. C’est un espèce de lecteur ultime, un type quasi-omniscient, contre lequel je me bats à chaque article.
Ah ah mortel ça, il est fort ce Bax.

JB a écrit:
Je serais curieux par exemple de connaître le temps d’écriture pour le compte-rendu des Eurocks.
Beaucoup plus rapide que le temps d’écriture d’une chronique. En fait, l’avantage, c’est que je savais exactement comment je voulais présenter l’article : des successions d’anecdotes, des encadrés, du son. Quand je me suis retrouvé devant mon ordi, c’est presque uniquement du recopiage (j’avais tout noté dans un cahier sur place). En plus, c’est un format un peu facile, la structure est chronologique donc j’avais pas à faire des ellipses ou des trucs un peu littéraires. Je crois que j’ai rarement écrit un article aussi facilement (à part peut-être le concert de Jay-Z).

Un chiffre, un intervalle de confiance ?

__________________________________________________________________
somnoleur140
21-08-2008 15:19:11

Bon, super intéressant tout ça. La chute de Rémi avec « le voyageur mystérieux », pfff… Les différentes approches sont bien instructives. JB qui bute en 6 phrases. Bax qui sait même pas qu’on parle de lui en bien…

J’ai pas eu une idée de merde en fin de compte, c’est à marquer d’une pierre blanche (ou noire pour les afrocentristes).

__________________________________________________________________
Rg Prod
21-08-2008 15:23:53

somnoleur140 a écrit:
On en revient au truc des « vaches sacrées » qu’évoquait JB avec Ombre est Lumière ». Est-ce que c’est lié à la pression (virtuelle) que te met d’avance ton éventuel lectorat ? Ou c’est un complexe d’infériorité, avec la peur d’être « mauvais » (tout est relatif) à côté du monument et de ce fait, de ne pas le respecter ou lui faire honneur ?

ça me fascine pas mal ce truc.

Je me sens un peu à l’étroit entre toutes ces plumes dans ce topic, surtout qu’en tant que « bleu bite », en tant que personne n’ayant aucune confiance en lui, et en tant qu’individu persuadé de ne pas très bien écrire…

Et il faut que je balance, c’est à cause de Zo. que je me suis mis à essayer de chroniquer… il m’a menacé, il me fait peur et c’est pour ça que je continue…

Pour en revenir plus sérieusement à comment à débuter ce topic, moi c’est clairement par sentiment d’infériorité que j’ai dit « J’ai aussi l’intention d’écrire quelque chose sur le « Métèque et mat »…peut être dans moins de 10 ans, j’aurais réussi à coucher quelque chose sur papier et vaincre cette « peur » de me lancer vraiment… ».
C’est vraiment un truc qui me fait flipper… et bien sur pas que cet album…
La semaine dernière, on parlait avec une personne du coin sur l’album de La Cinquieme Kolonne… j’ai dit que j’y pensais vraiment à écrire quelque chose sur cet album qui m’a énormément marqué… mais c’est aussi un truc qui me fait flipper grave de chez grave…
Je ne sais pas, le fait d’y plonger d’une façon différente que pour album que je trouve certes bien mais pas aussi marquant, de ressentir autre chose qu’une simple écoute musicale, que ça me fasse frissonner au plus profond de moi… je me fais flipper rien que d’en parler…

__________________________________________________________________
Mehdi
21-08-2008 15:24:20

JB a écrit:
Pourtant quand je l’écoute aujourd’hui, j’arrive à me formuler pourquoi ça défonçait tellement, mais les oreilles d’enfant prennent toujours le dessus. Donc j’abandonne.

T’as pourtant réussi, et d’une jolie manière, à te battre contre tes oreilles d’enfant avec le retour que t’avais fait sur Indy 4 sur ton blog, nan ?

__________________________________________________________________
somnoleur140
21-08-2008 15:26:44

Rg Prod a écrit:
somnoleur140 a écrit:
On en revient au truc des « vaches sacrées » qu’évoquait JB avec Ombre est Lumière ». Est-ce que c’est lié à la pression (virtuelle) que te met d’avance ton éventuel lectorat ? Ou c’est un complexe d’infériorité, avec la peur d’être « mauvais » (tout est relatif) à côté du monument et de ce fait, de ne pas le respecter ou lui faire honneur ?

ça me fascine pas mal ce truc.
Je me sens un peu à l’étroit entre toutes ces plumes dans ce topic, surtout qu’en tant que « bleu bite », en tant que personne n’ayant aucune confiance en lui, et en tant qu’individu persuadé de ne pas très bien écrire…

Et il faut que je balance, c’est à cause de Zo. que je me suis mis à essayer de chroniquer… il m’a menacé, il me fait peur et c’est pour ça que je continue…

Pour en revenir plus sérieusement à comment à débuter ce topic, moi c’est clairement par sentiment d’infériorité que j’ai dit « J’ai aussi l’intention d’écrire quelque chose sur le « Métèque et mat »…peut être dans moins de 10 ans, j’aurais réussi à coucher quelque chose sur papier et vaincre cette « peur » de me lancer vraiment… ».
C’est vraiment un truc qui me fait flipper… et bien sur pas que cet album…
La semaine dernière, on parlait avec une personne du coin sur l’album de La Cinquieme Kolonne… j’ai dit que j’y pensais vraiment à écrire quelque chose sur cet album qui m’a énormément marqué… mais c’est aussi un truc qui me fait flipper grave de chez grave…
Je ne sais pas, le fait d’y plonger d’une façon différente que pour album que je trouve certes bien mais pas aussi marquant, de ressentir autre chose qu’une simple écoute musicale, que ça me fasse frissonner au plus profond de moi… je me fait flipper rien que d’en parler…

Ah c’est violent quand même. ça me fait penser JB, limite : http://fr.wikipedia.org/wiki/Catharsis

__________________________________________________________________
Aircoba
21-08-2008 15:33:47

On pourrait monter un atelier d’écriture thérapeutique un samedi aprem, Bax en guest star. Et on finit tous autour du barbecue le soir. Vous en dites quoi ?

__________________________________________________________________
JB
21-08-2008 15:43:22

Aircoba a écrit:
Un chiffre, un intervalle de confiance ?

Disons 3/4 heures étalées sur 3/4 jours. Sans parler des dizaines de retouches.

Mehdi a écrit:
T’as pourtant réussi, et d’une jolie manière, à te battre contre tes oreilles d’enfant avec le retour que t’avais fait sur Indy 4 sur ton blog, nan ?

J’avais un bon mojo ce soir-là. :) Mais là aussi, c’était un format facile (les classements, c’est le bonheur) et je m’étais tellement documenté en amont que je savais à peu près où éviter de dire une grosse connerie. D’ailleurs je désespère pas de la faire, cette chronique de « Métèque et mat » ! Je pense être arrivé à un point où je suis capable d’écrire des trucs assumables sur le long terme (rien à voir avec ce que j’avais écrit sur « Revoir un printemps », par exemple).

Avec vos conneries, je réécoute « Ombre est Lumière », c’est malin. Il est bien c’t’album quand même.

__________________________________________________________________
somnoleur140
21-08-2008 15:49:19

JB a écrit:
D’ailleurs je désespère pas de la faire, cette chronique de « Métèque et mat » ! Je pense être arrivé à un point où je suis capable d’écrire des trucs assumables sur le long terme (rien à voir avec ce que j’avais écrit sur « Revoir un printemps », par exemple).

Héhé, c’est du bon. Je pense pas me tromper en avançant qu’on fera deux trucs absolument différents, et ça me réjouit assez. L’émulation, oué. Parce que bon, vous êtes gentil avec le mec de rap2k, mais pfff … J’aurais lu ça dans le courrier des lecteurs de Groove, limite, ça aurait été gentillet tout au plus.

Je suis une langue de pute et j’assume. J’ai 2 autres compatriotes issus du pays de la Langue de Pute : Bax et CaTin. On ne se refait pas.

Ma prod dans le train retour de ce soir te sera dédiée, M’ssieu JB

__________________________________________________________________
Reivax
21-08-2008 16:35:57

Re: Processus d’écriture ou le syndrome de la feuille grise
Mortel ce topic ! Super intéressant, et ça renvoie à pas mal de trucs auxquels je réfléchis de mon côté également…

J’hésite entre m’arrêter là ou pondre un inévitable gros pavés avec toutes les réflexions et remarques qui me sont venus à la lecture du topic… Pour une fois, je vais sagement m’en tenir là, non sans prendre la peine de rebondir sur la proposition ironique d’Aircoba :

Aircoba a écrit:
On pourrait monter un atelier d’écriture thérapeutique un samedi aprèm, Bax en guest star. Et on finit tous autour du barbecue le soir. Vous en dites quoi ?

Juste pour dire que ça fait déjà un petit moment que j’ai pris du recul sur le petit monde des webzines en général mais que ça serait effectivement sympa de réunir la « confrérie » et de prolonger ce genre de discussions à n’en plus finir de vive voix ! Bref, c’est un peu à l’arrache mais si y’a des banlieusards et parisiens motivés pour prolonger la discussion ce weekend, l’idée d’un barbecue pourrait bien prendre forme du côté de chez moi, dans les Yvelines… A voir si ça tente du monde…

Et tout aussi sérieusement, quand on voit le rythme de sortie des bouquins de Cachin recyclant ses propres chroniques et interviews écrites depuis 10 ans, je me dis que y’aurait quelque chose à faire si on met tous la main à la pate pour réunir une série d’articles sur les disques de rap que chacun préfère (sans se mettre forcément une pression de ouf par rapport aux « classiques »). Entre les différentes plumes et les différentes sensibilités qui s’expriment sur ce forum, y’aurait moyen de faire quelque chose de très intéressant pour peu que ça soit organisé et présenté avec un minimum de cohérence…

__________________________________________________________________
yacine_
21-08-2008 17:31:53

detailsmatter a écrit:
Les meilleurs articles sont ceux qui racontent une histoire, assurément. C’est contradictoire avec le compliment que m’a fait Yacine_, mais ça ne fait pas de doute pour moi.

Evitons ce genre de généralités ! Je pense qu’avec notamment l’afflux d’Internet, des blogs et tous ces trucs, les écrits simili-gonzo-subjectifs vont finir par arriver au bout d’une certaine course. Y’a un tel afflux de subjectivité & d’histoires & de confessions d’auditeur partout que ça en devient gênant (J’suis un grand pudique, c’est pour ça que je me vois pas parler de frustrations ou de procastination par ici, même si je comprends la démarche).

Et la chronique, c’est pas de la branlette. Y’a des grandes chroniques & y’a des copier-coller de dossiers de presse, y’a des recueils d’impressions & des pseudo compte-rends de comptable, c’est comme tout. Mais ce serait comme condamner la presse quotidienne pasqu’on aime pas la page des faits divers.

Dans les meilleurs cas, c’est un acte de partage à l’auditeur curieux, un repère pour le néophyte, un écho pour l’auteur du disque chroniqué, un cheminement & un tas de questions, thèmes, impressions pour le mec qui pond le texte. Pas pour rien que bcp d’auteurs (de tête Balzac, Audiard, Jeanson, Boujut) ont fait de la chronique d’oeuvres d’autres gens. Ca permettait aussi pour eux d’évoquer des questionnements qu’ils avaient sur l’art globalement (et peu importe que ce soit le même ou qu’ils chroniquent et pratiquent). Quand Boris Vian parle de jazz, je suis passionné, pourtant j’y connnais quasi-rien.

detailsmatter a écrit:
Je ne savais pas ; je suis étonné et touché.

Je pensais te l’avoir déjà dit au moins 150 fois !

Bon après-midi les amis.

__________________________________________________________________
Reivax
21-08-2008 18:18:37

Tout à fait d’accord avec ce que dit Yacine_ à propos des chroniques… Une critique peut vraiment apporter quelque chose en plus, apporter un éclairage nouveau, faire ressortir la place d’un album au sein de la discographie d’un auteur, bref, tout ce qui peut mettre en valeur les qualités artistiques (ou les échecs) d’une oeuvre. Et l’idéal dans tout ça c’est de réussir à conserver sa subjectivité, pour que l’auteur d’une critique ne parle pas uniquement en tant que fan ou en tant qu’auditeur lambda ni en tant que juge qui détient la vérité mais qu’il soit une sorte de médiateur ou « d’interprète » (avec tous les sens que peut revêtir ce terme). Je conçois l’idée des chroniques « guide du routard » mais pour moi ce sont réellement deux mondes bien distincts : en gros y’a d’un côté le cahier des sorties du mois de Première où tu picores par-ci par-là pour faire ton choix dans ce que tu vas aller voir, et de l’autre les critiques de Positif que tu lis après être allé voir le film et qui prolongent les impressions que tu as ressenti, pour continuer de faire vivre le film d’une autre manière. D’un côté on est sur un registre « utilitaire » qui reste à la surface, de l’autre on plonge au coeur des des considérations « artistiques ».

Or, dans le monde du rap, je regrette que y’ait pas assez cette culture de la « critique » – le fait qu’on parle de « chroniques » est d’ailleurs significatif – qui est pourtant très ancrée en France dans de nombreux domaines artistiques depuis longtemps comme l’a rappelé Yacine. Bon, de nombreux trucs publiés ici même ainsi que le fait d’avoir une discussion comme celle-là prouve que c’est pas totalement vrai mais ça reste encore trop limité je trouve.

Pour le reste, je suis carrément d’accord avec JB par rapport à la difficulté de réussir à traduire par écrit les sensations éprouvées à l’écoute (d’autant plus sur des « vieux » disques). Et c’est ça qui fait pourtant la différence à mon avis : réussir à sortir d’un simple rôle de fan et réussir à combiner clarté, pertinence et fluidité plutôt que de se contenter du registre « enthousiasme / déception ». A mon avis, c’est aussi pour ça que c’est si difficile d’écrire sur des albums qu’on adore. ça peut être un kiff énorme mais c’est parfois un piège au final. Pour prendre un exemple personnel, en dehors de mes premiers pas de chroniqueurs qu’on peut jeter aux oubliettes, l’un de mes plus mauvais articles à mon sens (même si y’en a d’autres) est l’interminable éloge de l’album de la Cinquième Kolonne. J’étais tombé dans l’excès à force de vouloir parler de tout sans avoir d’angle précis et au final ça fait juste plaisirs à ceux qui kiffent déjà (et qui sont des lecteurs courageux). A l’inverse, l’une de mes chroniques que je relis avec plaisir est celle du deuxième album de La Rumeur : j’avais un avis très mitigé qui a alimenté ma critique et c’est en explorant les critiques qu’on pouvait en faire que ça m’a amené à avoir une seconde lecture de cet album et le voir finalement d’une manière positive en le replaçant dans son contexte. Enfin, pour continuer le déballage personnel en guise d’illustration à cette discussion, y’a une autre de mes critiques qui garde une saveur particulière pour moi même si elle était maladroite sur pas mal de points : celle de Psykick Lyrikah, l’interview de Arm ici-même m’ayant conforté dans l’idée d’avoir voulu retranscrire l’atmosphère et l’intention sous-jacente qui structure l’ensemble plutôt que de s’en tenir aux morceaux un par un.

Et Bax est définitivement le relecteur le plus coriace auprès duquel j’ai eu à défendre mes critiques. En tout cas les débats internes, particulièrement vifs au sein de la rédaction de l’abcdr, sont vraiment super importants pour élever le niveau d’exigence et la qualité des articles. Avec en contrepoint la difficulté qu’il y a parfois à réussir à imposer des formats ou des textes un peu hors cadre – même si les articles d’Anthokadi sont souvent là pour me donner tort !

__________________________________________________________________
detailsmatter
21-08-2008 18:30:41

yacine_ a écrit:
detailsmatter a écrit:
Les meilleurs articles sont ceux qui racontent une histoire, assurément. C’est contradictoire avec le compliment que m’a fait Yacine_, mais ça ne fait pas de doute pour moi.
Evitons ce genre de généralités ! Je pense qu’avec notamment l’afflux d’Internet, des blogs et tous ces trucs, les écrits simili-gonzo-subjectifs vont finir par arriver au bout d’une certaine course. Y’a un tel afflux de subjectivité & d’histoires & de confessions d’auditeur partout que ça en devient gênant (J’suis un grand pudique, c’est pour ça que je me vois pas parler de frustrations ou de procastination par ici, même si je comprends la démarche).

Je me suis mal exprimé : je faisais allusion au fait d’aborder un article avec un angle. Voici un exemple.

Ca pousse à avoir un début, un milieu et une fin. Et c’est ce que j’appelle raconter une histoire.

__________________________________________________________________
yacine_
21-08-2008 18:34:50

Concernant le fait que c’est bien de savoir où on va (à un moment au moins), ouais bien sûr, on est d’accord !

En même temps dans ta chro du Saian, je trouve qu’il y a un angle (c’est ce que je me disais la semaine dernière!). Et le côté « scolaire » que tu regrettes, je trouve, donne à tes chros une certaine fraîcheur parce qu’on sort d’un certain formatage journalistique. T’es hors-format. Et je te le dis d’autant plus facilement que j’ai bcp moins accroché à ta chro de « Panthéon » par exemple.

__________________________________________________________________
detailsmatter
21-08-2008 18:41:07

yacine_ a écrit:
En même temps dans ta chro du Saian, je trouve qu’il y a un angle (c’est ce que je me disais la semaine prochaine!).

Dans la chronique de « X Raisons », je ne suis pas bien sûr de voir l’angle. Il y a une construction, une argumentation, mais pas d’angle – ou alors je veux bien que tu me dises lequel !

yacine_ a écrit:
Et le côté « scolaire » que tu regrettes, je trouve, donne à tes chros une certaine fraîcheur parce qu’on sort d’un certain formatage journalistique. T’es hors-format.

Je ne voudrais pas que la discussion tourne autour de mes articles, mais vu qu’on est quand même au coeur du sujet, je me permets de te le demander : peux-tu développer ? Le côté froid/scolaire/sans style, c’est quand même assez courant dans les journaux, non ?

__________________________________________________________________
yacine_
21-08-2008 22:28:34

Oui mais pas avec un fond à ce niveau. Et même quand c’est « scolaire » et « sans style » dans les journaux, y’a des grosses ficelles ou des tournures cramées pour faire illusion. Pas chez toi. C’est une sorte d’austérité/honnêteté intellectuelle que j’apprécie réellement. Bon tu vas me forcer à dire du bien de toi pendant combien de posts ? :)

Et de tête, la réflexion qui semble être au centre de ton article sur le Saïan c’est de tête (j’ai une bonne mémoire) : « le ‘fabuleux groupe de scène’ cachait en fait un vrai groupe de studio ». Toute ta chro de l’album semble s’être construite autour de cette phrase. Et je dis ça alors que je ne l’ai pas lue depuis au moins cinq ans mais ça m’avait bcp marqué.

Bon on en parle la prochaine fois qu’on se voie en vrai parce que j’essaie d’avoir la moyenne de posts par jour la plus basse de tous les membres du forum & là c’est mal parti.

__________________________________________________________________
Nicobbl
21-08-2008 22:33:19

Reivax a écrit:
En tout cas les débats internes, particulièrement vifs au sein de la rédaction de l’abcdr, sont vraiment super importants pour élever le niveau d’exigence et la qualité des articles.

Ah… quelque part, ça fait plaisir de lire ça ! Mine de rien, j’suis convaincu que ça a contribué à tirer l’Abcdr vers le haut.

__________________________________________________________________
zo.
22-08-2008 02:56:37

Putain. Ceci est le topic ultime. C’est le début d’une nouvelle loge maçonnique.

Attention, n’ayant pas trouvé une quelconque vérité globale ou personnelle en terme d’écriture, ceci n’est que du ressenti et des expériences. Ce post risque de virer à la séance d’auto-psychanalyse.

somnoleur140 a écrit:
Ecrire sous la contrainte : c’est mon taff. 10 heures par jour. J’écris sur commande. Un truc de ouf. Ça explique que parfois, je sois à sec, et que j’ébauche mes écrits dans la tête, à partir de pistes, d’axes. Souvent, c’est à partir d’une phrase que je décide de mon angle.

J’ai fait ce genre de métier l’an dernier. Ou plutôt similaire. Durant 9 mois. En horaires semi-décalés en plus (18h => 0h; ou comment sortir du monde social pour un SMIC). Le taff : synthétiser quasiment en temps réel ce qui se disait sur les médias. Les clients : le SIG (pour ceux à qui ça ne parle pas, le gouvernement), une pelletée de ministères, des multinationales, des marques, des personnalités publiques, des associations, bref… Ceux qui prétendent faire tourner le monde.

Tu leur balances des alertes dès qu’un thème qu’ils surveillent est inclus dans ta synthèse. Tes synthèses doivent répondre à des critères normés et contenir des Timecode. C’est standardisé. Le temps de production est calculé à la minute près. Tu as ta grille de programme à synthétiser, et tu dois la boucler en un temps imparti sans la bâcler.

Au delà du fait que tu décroches de toute vie sociale, que tu passes ton temps à observer toute la misère du monde sur écran ou ondes sonores, j’en retiens trois points super positifs :

1-Peaufiner tous les aspects de son écriture, particulièrement la force de synthèse (ce que ce post n’exprimera pas du tout), aller droit au but, cultiver la phrase courte et respecter la langue, en premier lieu l’orthographe.

2-J’ai toujours plus aimé décortiquer les médias qu’en faire parti. Et là, c’est un plaisir. Si tu restes vigilant, tu comprends énormément de choses dans le choix des mots, la ligne éditoriale, les récurrences des références, des invités. Finalement, comme dirait Rage Against The Machine : « Know your enemy ». Et ça fait monter la colère. Et comme dirait toujours le même groupe : « Anger is a gift ».

3-Comme je suis un gros con souvent à fleur de peau, apprendre de manière malicieuse à glisser de façon indicible des opinions personnelles derrière un texte semblant le plus neutre possible. Ne serait-ce que, par pur machiavélisme et égo-centrisme : « putain, pour une fois que tu peux parler à tous ces décideurs dont une large partie t’est insupportable, essaie de les manipuler en sous-marin ».

Le problème de tout ça, c’est qu’une fois rentré : plus aucune envie d’écrire. Néant. Rien. Surtout quelque chose de conséquent, construit. Et ça c’est la pire chose qu’il me soit arrivé dans ma relation avec l’écriture : s’enfermer dans un rôle d’observateur. Ne plus écrire pour dire mais pour répéter, transmettre.

somnoleur140 a écrit:
Encore pire, « autrefois », j’ai déjà écrit des trucs simplement parce que j’avais trouvé un titre ou une punchline qui méritait à lui / elle seul(e) la lecture. On appelle ça l’immaturité. Mais ça me sert encore, me suffit d’une accroche et je déroule le fil et je ponds un papier rapidement.

Intéressant. Car je souffre d’un syndrome qui a des points communs avec celui-ci, spécialement en ce qui concerne les chroniques. En fait, avant de faire une chronique, j’ai tout un processus. Sans rentrer dans les détails, ça tourne beaucoup autour de la prise de note et différentes phases d’écoutes. Ecoutes au pluriel car j’écoute le disque de différentes manières.

Une fois ça de fait, on pourrait se dire que la chronique n’a plus qu’à sortir. Eh bien pas du tout. Car tant que j’ai pas trouvé soit l’accroche soit la chute, je suis foutu. Comme un mec devant la gazinière qui a tout pour faire son petit plat, mais à qui il manque l’allumette, l’étincelle, donc la flamme. L’angle oui, mais la manière de l’amener… Putain, cette torture. Et du coup, des fois, la moindre punchline ou formulation qui peut faire office d’accroche ou chute, je lui saute dessus comme un mec en chien de sexe. « La laisse pas partir », et des fois, ça se termine par une chronique pourrie.

C’est ça qui me bloque : lancer le processus final. Et ils le savent ou s’en doutent très biens, mais ici sur l’abcdrduson, j’écris avec une certaine pression. Comme l’a dit Nico, y a quand même du niveau. Et ici mon égo s’est auto-surnommé « l’impitoyable ». Il a peur de lui-même, là où autre part il est plus décomplexé. Et quitte à paraître complètement dingue ou dans le cliché de l’écrivain raté, quand je gratte, j’ai assez souvent l’impression de me faire de l’automutilation. J’ai beaucoup de difficultés à me fixer sur mon écrit une fois celui-ci achevé, dans le sens être en adéquation avec soi-même à la relecture. Trouver le même ressenti à la relecture que lorsque la motivation d’écrire le papier est venue…

Mehdi a écrit:
Mais sinon, les quelques chro/articles que j’ai écris ont été faîtes relativement rapidement également.

Ca je respecte. Avant de faire des boulots liés à l’écriture ou de publier (bénévolement dans 98% des cas) j’étais comme ça. A la fac’, au lycée, pas de brouillons, pas de relecture. Quelques idées et grandes lignes sur une feuille de note puis Opération Freestyle, en wheeling sur la feuille blanche. Mais désormais c’est très rare, et généralement, ce sont d’ailleurs les seules que je regrette d’avoir écrit. Par contre, une fois que c’est écrit, soit je laisse reposer longtemps avant de relire, soit je balance direct en ne survolant qu’une fois ou deux. Je ne trouve pas le juste milieu, la rigueur de bout en bout.

somnoleur140 a écrit:
Le kif, c’est de chroniquer que ce que tu aimes vraiment. Ecrire sous la contrainte, je suis payé pour, autant éviter en dehors du bureau. Et chroniquer un album qu’on a pas aimé, c’est une souffrance. Pour me venger, je préfère passer mes nerfs sur le forum. Ça se voit souvent d’ailleurs…

Franchement, je n’ai jamais réussi à trouver une réponse définitive à cette question. Chroniquer un album que je n’aime pas, je ne l’ai presque jamais fait. Par contre qui m’a déçu, ça oui. Et franchement c’est plus facile qu’un album qu’on a aimé. Bon, j’admets que ce n’est pas le disque le plus évident à appréhender, mais j’ai vraiment souffert en écrivant celle du dernier Psykick Lyrikah. Et je n’arrive pas à la relire en entier. J’ai limite rejeté le disque une fois la chronique finie tellement elle m’a fait souffrir. Au contraire, une des chroniques que j’ai préféré faire est celle d’un album de fusion française des 90’s où j’ai l’impression d’autant parler d’une époque (que j’ai aimé) que du disque. Et si j’aime le disque et que j’ai aimé le chroniquer, c’est peut-être justement autant pour l’amour que j’ai de l’époque que de l’album. Sûrement même plus.

Reivax a écrit:
A mon avis, c’est aussi pour ça que c’est si difficile d’écrire sur des albums qu’on adore. ça peut être un kiff énorme mais c’est parfois un piège au final. Pour prendre un exemple personnel, en dehors de mes premiers pas de chroniqueurs qu’on peut jeter aux oubliettes, l’un de mes plus mauvais articles à mon sens (même si y’en a d’autres) est l’interminable éloge de l’album de la Cinquième Kolonne. J’étais tombé dans l’excès à force de vouloir parler de tout sans avoir d’angle précis et au final ça fait juste plaisirs à ceux qui kiffent déjà (et qui sont des lecteurs courageux).

et je suis très d’accord avec ça, sans émettre un quelconque avis sur l’article pré-cité.

Quant aux réactions des lecteurs : généralement, ce qui me fait plus mal, c’est quand on vient me reparler d’une vieille chronique et que je me relis. Là, assumer l’évolution du style, regarder le chemin parcouru, c’est dur.

RG Prod a écrit:
Et il faut que je balance, c’est à cause de Zo. que je me suis mis à essayer de chroniquer… il m’a menacé, il me fait peur et c’est pour ça que je continue…

Ce n’est que l’intro, et tu en dis déjà trop :)

zo. a écrit:
Ce post risque de virer à la séance d’auto-psychanalyse.

Je le savais.

__________________________________________________________________
somnoleur140
22-08-2008 09:10:27

Putain, trop de choses à dire là, mais no time ce matin.

Je pense que je vais faire des captures d’écran de ce topic et les foutre sous PDF. Si y’a un nouveau crash, je m’en remettrai pas

__________________________________________________________________
Reivax
22-08-2008 09:10:29

zo. a écrit:
j’ai vraiment souffert en écrivant celle du dernier Psykick Lyrikah. Et je n’arrive pas à la relire en entier. J’ai limite rejeté le disque une fois la chronique finie tellement elle m’a fait souffrir.

C’est une chronique prévue pour l’abcdr ou t’as finalement décidé de pas la publier du coup ? J’serais assez intéressé par le fait de lire ça en tout cas. Si y’a un album sur lequel j’aurais des choses à dire et qui m’ai donné envie de réécrire une chronique depuis au moins 3 ans, c’est celui-là.

__________________________________________________________________
Aircoba
22-08-2008 09:23:35

Elle est publiée sur French Touch et en tant que lecteur, j’ai envie de dire qu’il a bien fait de se faire violence.

__________________________________________________________________
Reivax
22-08-2008 09:59:57

Aircoba a écrit:
Elle est publiée sur French Touch et en tant que lecteur, j’ai envie de dire qu’il a bien fait de se faire violence.

Ouah putain la claque ! Vraiment énorme cet article. C’est exactement le genre de critiques que j’ai envie de lire sur un album. Et tout ça sans jamais avoir besoin de dire explicitement ce que tu penses du disque : la somme d’impressions se suffit à elle-même. Dommage que ce soit pas sur l’abcdr, sans cette conversation je serai passé à côté !

__________________________________________________________________
Rg Prod
22-08-2008 10:11:02

Reivax a écrit:
Aircoba a écrit:
Elle est publiée sur French Touch et en tant que lecteur, j’ai envie de dire qu’il a bien fait de se faire violence.
Ouah putain la claque ! Vraiment énorme cet article. C’est exactement le genre de critiques que j’ai envie de lire sur un album. Et tout ça sans jamais avoir besoin de dire explicitement ce que tu penses du disque : la somme d’impressions se suffit à elle-même. Dommage que ce soit pas sur l’abcdr, sans cette conversation je serai passé à côté !
Je crois l’avoir déjà dit mais Reivax ta chro du premier album des Psykicks est le truc qui m’a fait que je me suis intéressé à ce groupe (que je ne connaissais pas du tout avant et que je n’ai plus jamais laché).

Aircoba a écrit:
Elle est publiée sur French Touch et en tant que lecteur, j’ai envie de dire qu’il a bien fait de se faire violence.

Mais clair, c’est ce que je lui dis aussi…

__________________________________________________________________
Mehdi
22-08-2008 10:25:07

Puisqu’on en est au stade des compliments/retours sur le taf des autres, je vais moi aussi y aller de ma contribution :

– Je ne me suis toujours pas remis de la chronique de « Ouest side » d’Anthokadi.
– Je repense souvent à la phrase de fin de JB dans la chro de Kingdom Come « Difficile à croire, mais le sommet atteint par Jay-Z ressemble dorénavant à une limite.  » Et, comme, même ‘Nigga please’ trouve grâce à mes yeux, cette phrase m’inquiète :)
-Et j’adore le début de la chro d’It was written de Julien qui me fout des frissons à chaque fois.

C’est ce qui me vient à l’esprit tout de suite mais y a un paquet d’autres chroniques/articles qui m’ont marqué ici et ailleurs…Mais vous allez me prendre pour un flatteur et mon boss pour un fainéant.

__________________________________________________________________
Reivax
22-08-2008 14:55:50

Rg Prod a écrit:
Je crois l’avoir déjà dit mais Reivax ta chro du premier album des Psykicks est le truc qui m’a fait que je me suis intéressé à ce groupe (que je ne connaissais pas du tout avant et que je n’ai plus jamais lâché).

Ah, c’est cool ça ! Sinon, pour revenir sur la chronique de zo., j’aurais peut être pas abordé ce disque de cette manière mais clair qu’il a bien fait de se faire violence, ça déchire :-)

__________________________________________________________________
DjarONE
23-08-2008 06:05:44

Et ben la vache, il est passionnant ce topic!
J’ai rien à rajouter car l’écriture d’article ou de chroniques ne font pas parti de mes « activités » mais j’ai dévoré ces 5 pages avec grand intérêt. Merci.

__________________________________________________________________
somnoleur140
25-08-2008 08:38:03

Bon, faut que je réponde au 4 mètres par 3 de zo. Quand j’aurais le temps, mais je rebondis juste sur le délire de « je pars d’une ph(r)ase pour écrire ». Ce matin, j’écoute « Ouest Side » de Booba. Arrive « Pitbull ». Et aujourd’hui, c’est un peu comme si j’avais passé « Stairway to Heaven » ou « Hotel California » à l’envers (les dingues savent).

« J’ai grandi, j’suis mort en silence / Crucifié sur une caravelle sous l’œil éternel d’une étoile filante »

Putain… Je déroule mon idée histoire de voir jusqu’où je peux aller, c’est assez violent… et voilà, je suis dans la merde parce que je vais devoir écrire un truc « à la catin », comprendre par là, qq chose qui va m’attirer des problèmes, des mails et des insultes pendant quelques temps. Je le renifle d’ici.

On en reparle.

__________________________________________________________________
somnoleur140
25-08-2008 10:10:59

Ah, et puisque j’en ai parlé samedi après-midi, je paye tribut à mon négro :

L’album de Tony Parker
L’album de Samm
Count BassD
Chronique de « 322-1 Art sous pression »

Vous savez où trouver le reste.

__________________________________________________________________
Zantilar
25-08-2008 10:17:29

Meilleur topic du coin, mortel, mortel, je relirais tout ça dès que j’ai un peu de temps. MDR pour Bax en tout cas déjà, ce mec nous a tous traumatisés, vraiment une gâchette. Rémi, t’es pas mal non plus dans le genre (par contre Bax n’a aucune prise sur toi c’est beau) : D

Anecdote: je me rappelle clairement de Rémi bourré qui a une discussion sur le sujet des articles avec Yacine_, déjà en état normal ce mec est peu inhibé de donner son avis, mais alors bourré, planquez vous pour la franchise ! C’était juste avant une discussion encore plus ouf avec JB entre autres (mwahahah).

__________________________________________________________________
JB
25-08-2008 10:25:40

Zantilar a écrit:

Anecdote: je me rapelle clairement de Rémi bourré qui a une discussion sur le sujet des articles avec Yacine_, déjà en état normal ce mec est peu inhibé de donner son avis, mais alors bourré, planquez vous pour la franchise ! C’était juste avant une discussion encore plus ouf avec JB entre autres (mwahahah).

C’était le même soir ? Mon Dieu.

Sinon, Rémi ne donne pas son avis, il s’assoit derrière toi avec une aiguille, et quand le texte ne lui plaît pas, il te la plante dans la nuque sans dire un mot (regardez le premier commentaire du premier post du blog, c’est tout lui).

__________________________________________________________________
Zantilar
25-08-2008 10:28:03

Ahahah exact, le pire étant qu’on se demande bien ce qui a prise sur lui, pour le coup.
Sinon, oui c’était le même soir, vu que je pense pas que tu aies dormi (et même soit passé) beaucoup de soirs à la maison : ))

__________________________________________________________________
detailsmatter
25-08-2008 11:40:45

Et voilà les conséquences de l’erreur de débutant commise par Somnoleur en lançant ce topic : il s’essouffle. Permettez-moi de tenter de le réactiver, toujours en l’alimentant avec ma propre expérience à l’Abcdr.

En relisant la liste des chroniques que j’ai écrites, voilà les travers/problèmes qui me sautent aux yeux :

– N’avoir rien à dire. Parfois, on n’a rien à dire sur un album. Dans le meilleur des cas, on laisse tomber (cf. le billet de JB sur le blog). Dans le pire, on brode, on décrit, on insiste pour parler d’un élément qui nous parle, on se force. Ce qui est troublant, c’est que ça peut aussi bien arriver pour un album qu’on trouve moyen que pour un album qu’on adore. Exemple : ma chronique de l’album de Fdy. Par moments, c’est juste sur un élément d’un album dont on n’a rien à dire. Genre la production de Mehdi sur l’album de Karlito.

– Ne pas parvenir à appréhender un album dans sa globalité. J’ai beaucoup chroniqué de maxis parce qu’il était plus facile de prendre son temps, de parler d’un détail en particulier, de ma vision d’un morceau. Mais faire la synthèse d’un album, c’est dur.

– Aimer un album parce qu’on l’écoute. Il y a des albums qui passent très bien en lorsqu’on les écoute attentivement, mais qui ne donnent jamais envie de les réécouter. Ce qui donne une chronique à la fois sincère et en profond décalage avec la pensée du chroniqueur. Très étrange.

– Faire des comparaisons. Quand on compare deux artistes, on le fait sur la vision qu’on a des deux, et selon des critères restreints. Mais ça ne marche jamais, parce que cette vision est subjective, et ces critères souvent cachés. Du coup, le lecteur ne lit pas ce que l’auteur a écrit, ça tombe à l’eau.

– Placer des citations à outrances. Exemple parfait. C’est une fausse bonne idée : inconsciemment, on pense qu’en laissant parler l’artiste, on supprime son rôle d’intermédiaire pour le laisser en contact direct d’un lecteur. En réalité, on tronque son œuvre de la pire manière qui soit, en se dédouanant de toute responsabilité.

– Vouloir absolument placer une idée. Toujours le même exemple. L’introduction et la conclusion sont bidon. Mais c’est l’idée qui m’a donné envie d’écrire cette chronique. J’ai pas réussi à la virer, malgré l’évidence et les collègues qui me criaient : « C’est nul ! ».

– Avoir trop de choses dire. Là, c’est moins grave, sauf si on n’arrive pas à faire le tri ou à organiser le tout. Cette chronique de Chiens de Paille illustre un peu ce cas.

– Vouloir rester objectif. Même chronique. Quand l’album de Chiens de Paille est tombé, c’était un évènement avant que je l’entende. Et quand je l’ai chroniqué, j’ai voulu éviter de tomber dans l’enthousiaste démesuré. C’est con, les deux derniers paragraphes sont forcés. Dans le même registre, je me souviens d’une réflexion de Vgtah, qui me disait qu’il était étonné quand il lisait un article où l’auteur parlait de son ressenti/de son interprétation et faisait passer ça pour un fait, une description. C’est très tentant en tant que chroniqueur que d’essayer de comprendre ce que l’artiste a voulu faire, mais c’est rarement pertinent. Autant se contenter de parler du résultat.

– Faire référence à l’accueil reçu. « Succès d’estime », « injustement sous-estimé », « largement surévalué ». À moins qu’il s’agisse de parler de l’influence qu’un album a eu sur d’autres artistes, ce genre de considérations sont souvent inutiles.

__________________________________________________________________
detailsmatter
25-08-2008 11:48:14

J’oubliais deux choses.

– J’ai toujours eu un problème à chroniqueur de la musique instrumentale. J’écoute énormément d’albums de producteurs, et c’est un mur infranchissable qu’en parler.Quelqu’un a la réponse ?

– Je reviens sur cette histoire d’histoire. Je suis le seul à penser que c’est souvent plus intéressant que quand il n’y en a pas. Lisez cette chronique de Disiz, ou le début de celle-ci ou de celle-là : en tant que lecteur, c’est pas plus sympa que les sempiternels rappels-des-faits habituels ?

Tiens, d’ailleurs, anecdote marrante à propos de la chronique du maxi de Disiz. Quelques semaines après sa publication, j’ai reçu deux emails. L’un de JMDee me disant à quel point je racontais n’importe quoi. L’autre de Disiz me félicitant pour avoir capté le délire à ce point. J’ai jamais su si c’était concerté ou non.

__________________________________________________________________
somnoleur140
25-08-2008 11:53:32

detailsmatter a écrit:
Ne pas parvenir à appréhender un album dans sa globalité. J’ai beaucoup chroniqué de maxis parce qu’il était plus facile de prendre son temps, de parler d’un détail en particulier, de ma vision d’un morceau. Mais faire la synthèse d’un album, c’est dur.

J’ai dit exactement l’inverse avant-hier lors de notre « entrevue ». Pour moi, disserter, disséquer un maxi, tu peux pas le faire sur une extrême longueur. Pas en tant que rédacteur qui « fait sa livraison » et qui est content de faire l’autopsie, mais pour le mec devant son écran. Y’a toujours la crainte de la redite, de la digression, etc… Chose que tu évites (ou que tu dois, c’est limite une obligation) avec un long format qui est fourni en informations.

Enfoiré de Rémi, mon topic s’essouffle mais il est né avec la mucoviscidose, j’attends vos dons moi.

Grégory Lemarchal

__________________________________________________________________
Rg Prod
25-08-2008 12:01:43

Moi je suis devant mon pc, avec un bloc note, et je prends des notes…

Sinon pour éviter aussi que le topic s’essouffle, je pourrais aussi raconter comment j’ai vraiment commencé et le pourquoi du comment…
Mais à part mon ego (et encore), pas sur que cela intéresse quelqu’un…

Sinon marrante ton anecdote Rémi sur Disiz et JMDee… comme quoi, peut être avaient-ils une vision complètement différente de leur travail en commun… ou peut être que c’est arrivé (le moment de ta chronique) quand il commençait à avoir un froid entre eux…

__________________________________________________________________
Reivax
25-08-2008 12:52:15

Très intéressant toutes ces remarques. J’suis quasiment d’accord avec tout. Le premier truc que tu soulignes me semble un des plus importants, et rejoins ce que disais JB sur le blog effectivement. ça répond aussi encore un peu plus à la question : faut-il chroniquer des albums qu’on aime ou qu’on déteste ? C’est clair qu’avant toute chose il faut chroniquer des albums sur lesquels on a quelque chose à dire. Personnellement, l’un des albums que j’ai le plus écouté depuis l’année dernière doit être celui de Flynt, mais je saurais pas vraiment quoi en dire à part une banale description un peu scolaire :

– Intro : Flynt, ses maxis, son parcours
– Paragraphe 1, pour la plume
– Transition : la liste des featurings
– Paragraphe 2, pour les prods
– conclusion : achetez-le, c’est bien.

Pour moi, c’est le squelette typique d’une chronique comme j’en ai beaucoup faite et comme on en lis beaucoup. Ça présente un intérêt pour faire découvrir un artiste qu’on aime, certes, mais c’est très vite limité et ça n’apporte rien en terme de plus-value pour rebondir sur ce que je disais quelques posts plus haut. Y’a un moment le besoin de l’angle devient indispensable pour aller un peu plus loin. Et c’est là qu’on commence à en chier pour écrire.

Avant de me retenir de lâcher mon pavé en début de topic, j’avais aussi commencé à gratter un paragraphe du même genre que Rémi sur les problèmes récurrents des chroniques, et spécialement dans le petit univers des webzines rap. Un des problèmes que je remarque souvent, c’est l’emploi d’un vocabulaire beaucoup trop limité : pas évident de trouver les mots justes pour décrire le flow d’un rappeur ou pour parler de la qualité des scratchs par exemple (quand il y en a). Ce qui peut donner au final une bouillie du style : « un flow fluide bien relayé par des scratchs bien placés/efficaces ». Je caricature peut être un peu mais c’est une réflexion que je me fais très souvent à la lecture des chroniques (et je m’inclus joyeusement dans la critique). A contrario, j’en place une pour la chronique d' »étoile verte » de Zephir par Rémi avec l’expression : « flow sinusoïdale ». Tout est dit. C’est parlant, imagé et surtout fidèle à la réalité. A l’époque, j’avais pas encore écouté ce qu’il faisait, et quand j’ai écouté son deuxième maxi je me suis dit que son flow correspondait exactement à l’idée que je m’en étais faite après avoir lu la chronique.

Et j’en arrive à la difficulté de chroniquer un album instrumental : à mon avis, ça tient en grande partie à un manque de culture musicale chez les chroniqueurs rap, notamment en rap français (dont beaucoup partagent l’amour des mots avant tout et se concentrent donc peut-être plus naturellement sur les textes – erreur de débutant !). A l’inverse, y’a l’exemple de JB : au fur et à mesure qu’il progresse dans ses propres instrus il progresse également dans la manière de parler des prods des autres. Pas juste pour les décortiquer mais pour en traduire l’impression et le ressenti sous forme de mots. Et ça claque. Pour un album entièrement instrumental, la difficulté est encore plus importante parce que l’intégralité des émotions ressenties est difficilement palpable, on peut plus difficilement s’appuyer sur un univers lexical ou sur le thème général d’un morceau pour en parler vu que ça peut renvoyer à des choses très différentes d’un auditeur à l’autre.

Très vrai également la remarque sur l’abus de citations !

Trop de trucs à dire en fait. Faut vraiment qu’on se fasse un grand congrès des rédacteurs rapologiques en portant de grandes tuniques blanches autour d’un feu de joie où on fera brûler dans l’allégresse les pages chroniques de tous les vieux numéros de Groove, L’affiche et Radikal en levant nos stylos vers le ciel avec conviction… mais je crois que je m’égare là…

__________________________________________________________________
JB
25-08-2008 13:04:17

Reivax a écrit:
A l’inverse, y’a l’exemple de JB : au fur et à mesure qu’il progresse dans ses propres instrus il progresse également dans la manière de parler des prods des autres.

Puisque tu soulèves le sujet : pendant longtemps j’étais pas tout à fait à l’aise avec l’idée de faire du son tout en chroniquant des disques. C’était deux activités que je voulais complètement séparer l’une de l’autre : pas envie d’être à la fois juge et partie. Mais en fait j’me suis aperçu que les deux se complètent : faire du son me pousse à parler des disques avec plus de prudence, à reconsidérer ma place par rapport au disque tout en comprenant mieux la façon dont la musique est faite ; et écrire m’amène à avoir une écoute de la musique plus précise, du coup ça me donne des clés pour évoluer côté prod’.

Le problème, c’est que les deux activités ne peuvent pas coexister. Quand j’écris, je sais pas faire du son. Et quand je fais du son, impossible d’écrire. Peut-être qu’il faudra finir par choisir entre les deux.

Quelqu’un aurait du Lexomyl ?

__________________________________________________________________
olivier catin
25-08-2008 13:42:10

somnoleur140 a écrit:
Ah, et puisque j’en ai parlé samedi après-midi, je paye tribut à mon négro :

L’album de Tony Parker
L’album de Samm
Count BassD
Chronique de « 322-1 Art sous pression »

Vous savez où trouver le reste.

Tu me raconteras tout ça, compte tenu de nos origines on n’aura pas de mal à alimenter la rumeur d’un complot maçonnique.

J’ai lu un peu ce qui avait été dit; Yacine_, moi aussi les chros de Vian j’aime bien, encore qu’il ne dissèque quasiment jamais des albums (beaucoup de revues de presse et de comptes rendus de concerts et actu outre Atlantique, où il n’a jamais mis les pieds d’ailleurs, à ma connaissance), mais j’en ai retenu aucune. En revanche il m’est impossible d’oublier l’arrache cœur ou l’écume des jours.

Pour ce qui est de la fonction littéraire de la chronique, j’avais piqué les cours de Khâgne de ma belle-fille à ce sujet. De tous les gens dont il était question, y en a pas un qu’on retient comme chroniqueur. C’est le fait de passer à autre chose qui leur a donné toute leur dimension. Je veux dire par là que, même si on passe un agréable moment en écrivant des chros (un peu moins quand on a les premiers retours, pour ce qui me concerne au moins), ça reste une cour de récréation de l’écriture.

Le passage où vous racontez les métiers avec une contrainte d’écrire était super important. Finalement c’est sympa de voir les questions que vous vous posez pour écrire vos chroniques, mais j’aimerais savoir si certains d’entre vous ambitionnent, ou s’essaient à écrire autre chose, de plus conséquent. Pour m’y être essayé (« tu déconnes avec tes tonnes de projets, ils vont encore s’entasser avec ceux d’l’année prochaine »), je peux dire que j’ai vraiment eu la sensation d’être face à une montagne, ce qui ne m’est jamais arrivé pour une chronique.

__________________________________________________________________
yacine_
25-08-2008 13:56:06

Si Vian a fait quelques chroniques de 78 tours sous une forme assez courte. Mais quand je parlais de chroniques c’était au sens large dans le sens « commenter le travail d’un autre ». Mais dans la série d’un mec qui est devenu une sommité en ne créant rien, y’en a aussi. Le premier qui me vient en tête, c’est ANDRE Bazin des « Cahiers du Cinéma » qui a fait des textes qui préfiguraient la Nouvelle Vague dans l’approche du cinéma et dont les articles demeurent des références (un peu assommantes quand même) même pour le (relativement) « grand public ». Et y’en a d’autres même si c’est le seul exemple qui me vient là.

Et à mon tout petit niveau, j’ai la chance de développer des projets de scénario à un niveau professionnel. Oui c’est plus dur, oui c’est plus long, oui c’est plus compliqué qu’une chronique mais c’est pas pour ça que je me dis « la chronique c’est pour les eunuques » ou que je méprise l’exercice quand j’en fais. Au contraire, je pense que quand on s’essaie à passer de l’autre côté, on respecte d’autant plus les gens qui font un travail de qualité dans la critique & le relais au public au sens large.

__________________________________________________________________
somnoleur140
25-08-2008 13:58:03

Les nombreuses nouvelles que j’ai commencées sont devenues des vieilles. Avec tout ce qu’implique la ménopause… J’ai jamais pu en finir une seule. Mais ça date (comme X ou Anouar), il faudrait que je retente.

En ce moment, je suis super prolixe mais pour exorciser mes démons. Des trucs vachement intimes qui sont en lignes, dans l’anonymat le plus total. Personne ne saura jamais que c’est moi, j’écris tous les jours mais c’est plus un blog qui me sert de bassine ou de sac à vomi que d’un cadre littéraire avec toutes les lettres de noblesses qui vont avec, avec en vue l’intention de créer une œuvre avec une unité certaine. Un début, un milieu, une fin. Là, je vomis tous les jours, j’ai aucun mal à me forcer, ça couille de source (dédicace à l’autre zouave de 90bpm), mais j’ai pas d’horizons, pas de limites, donc y’a le flow. Et je considère que littérairement, c’est ce que j’ai écrit de mieux. Mal placé pour le dire, mais parfois, c’est très visible pour peu qu’on ait su évaluer ce que valait vraiment ce qu’on écrivait, au fond.

__________________________________________________________________
olivier catin
25-08-2008 14:26:49

Merde Somno, je vais traquer ton blog là, tu aiguises ma curiosité.
Yacine_, tu connais mon amour de la demi-mesure, quand je dis que la chronique c’est de la merde tu sais que je suis un peu en représentation aussi. Je méprise pas ceux qui en font.
C’est juste que je garde mon admiration pour les artistes, et pas pour les glossateurs.
Je ne vois rien d’admirable dans le fait de disserter des heures durant, sur telle ou telle chose (surement parce que je m’en sens capable, avec plus ou moins de talent certes, mais ça n’a rien, pour moi, d’exceptionnel comme activité).

__________________________________________________________________
somnoleur140
25-08-2008 14:30:34

C’est introuvable sinon je n’aurais pas pris le risque. J’utilise ce mot à bon escient.

__________________________________________________________________
Reivax
25-08-2008 19:11:13

Encore une fois, Yacine a vu juste avec la référence à André Bazin. C’est avec ce genre de mec que tu vois que l’activité du critique, même si ça n’a rien d’une création proprement dit, peut exercer une influence en retour sur le type d’objet commenté. Et pour ce qui est des anciens critiques littéraires ou de cinéma passés ensuite à l’écriture ou la réalisation, c’est en effet pour leur activité artistique qu’on se souvent d’eux le plus souvent mais on peut faire l’hypothèse que leur activité de critique a joué un rôle dans leur manière d’appréhender leur œuvre par la suite. Et on en revient à ce que disait JB à son niveau, avec sa double casquette.

De mon côté, en dehors des chroniques, j’écris également dans d’autres domaines : pour les études, d’abord, je rédige une thèse donc y’a de la page à pondre. Mais bizarrement, c’est pas forcément le type d’écriture le plus compliqué en fait. Et sinon, j’écris également pour le « plaisir littéraire » on va dire, et là aussi ça me vient en général plus facilement que des articles. Ce qu’on nomme l’inspiration y joue une plus grande part aussi. ‘fin bon, pas grand chose à voir tout de même avec « une œuvre conséquente »… C’est de la poésie, donc le côté fragmentaire d’un recueil peut expliquer qu’on se retrouve pas avec la même sensation d’être devant une montagne qu’au moment d’entamer l’écriture d’un roman par exemple… (L’idée m’a traversé un jour l’esprit et m’a quitté en l’espace de deux minutes au moment où j’ai renoncé à m’arracher le poil dans la main…)

__________________________________________________________________
somnoleur140
26-08-2008 11:33:29

Reivax a écrit:
Encore une fois, Yacine a vu juste avec la référence à André Bazin. C’est avec ce genre de mec que tu vois que l’activité du critique, même si ça n’a rien d’une création proprement dit, peut exercer une influence en retour sur le type d’objet commenté. Et pour ce qui est des anciens critiques littéraires ou de cinéma passés ensuite à l’écriture ou la réalisation, c’est en effet pour leur activité artistique qu’on se souvent d’eux le plus souvent mais on peut faire l’hypothèse que leur activité de critique a joué un rôle dans leur manière d’appréhender leur œuvre par la suite. Et on en revient à ce que disait JB à son niveau, avec sa double casquette.

C’est assez drôle, je me faisais la réflexion au sujet des critiques qui passaient à la création. Ok Jeanson, ok Godard, Truffaut et tout le gang qui suit… Moi je pensais à Starfix y’a pas longtemps. Vrai que ces gars ont servi de sacré révélateurs de talents qui exerçaient sous d’autres latitudes médiatiques. Mais de là à marquer les esprits par leurs écrits… C’est comme un chercheur d’or, on se souviendra de la pépite d’une demi-livre qu’il a flairé, pas forcément de tout le taff en amont qu’il a du abattre, exceptionnel ou non. A de très rares exception près. Les mecs de Starfix sont aussi passés à l’action ensuite. Boukhrief, Gans… Ils avaient beau avoir bon-goût, ils ont jamais pu se libérer de l’influence des mecs qu’ils idolâtraient pour faire UN seul truc bien de bout en bout.

Sinon, Rémi m’avait fait une remarque « en interne » au sujet de ma contribution à son blog. En substance, selon lui, c’était le meilleur truc que j’avais publié jusqu’ici, loin devant les trucs devant de mon blog. Je m’en suis pas offusqué. ça m’a juste confirmé que j’avais une salope de déformation professionnelle qui fait que j’adapte le flot de l’encre selon mon lectorat. Si j’écris pour des kikoolol ou des mecs barbus qui jouent à Risk sous vodka, j’ai une vision similaire des choses mais le rythme, les mots, la construction diffèreront. Assez horrible, cette merde.

__________________________________________________________________
Balla
26-08-2008 18:14:00

Salut, vous avez pas l’impression de prendre ça un peu trop au sérieux?

__________________________________________________________________
reprezaïe
27-08-2008 07:40:31

Balla, c’est la science de la rédactions qui est mis a nue donc sa peut paraitre sérieux mais au fond c’est surtout pathologique et addictive.

PS: « des mecs barbus qui jouent à Risk sous vodka », sa doit avoir de la gueule ça quand même.

__________________________________________________________________
somnoleur140
01-09-2008 22:27:23

somnoleur140 a écrit:
Bon, faut que je réponde au 4 mètres par 3 de zo. quand j’aurais le temps, mais je rebondis juste sur le délire de « je pars d’une ph(r)ase pour écrire ». Ce matin, j’écoute « Ouest Side » de Booba. Arrive « Pitbull ». Et aujourd’hui, c’est un peu comme si j’avais passé « Stairway to Heaven » ou « Hotel California » à l’envers (les dingues savent).

« J’ai grandi, j’suis mort en silence / Crucifié sur une caravelle sous l’oeil éternel d’une étoile filante »

Putain… Je déroule mon idée histoire de voir jusqu’où je peux aller, c’est assez violent… et voilà, je suis dans la merde parce que je vais devoir écrire un truc « à la catin », comprendre par là, qq chose qui va m’attirer des problèmes, des mails et des insultes pendant quelques temps. Je le renifle d’ici.

On en reparle.

https://chimeresdefamille.wordpress.com/2008/09/01/chimeres-de-famille-father-child/

Commencé dans le train, je viens de finir, j’ai rien retouché, j’ai même plus l’envie de le relire, assez éprouvant. Mais je suis super ouvert aux retours.

__________________________________________________________________
Nicobbl
01-09-2008 22:54:49

Balla a écrit:
Salut, vous avez pas l’impression de prendre ça un peu trop au sérieux?

T’as pas tout à fait tort !

__________________________________________________________________
somnoleur140
01-09-2008 23:02:30

Balla qui sort des slogans du Joker maintenant…

Moi je trouve pas que ça soit « trop » sérieux. J’ai déjà fait dans la psychologie de zinc ce soir, donc je vais pas m’étendre, mais psychanalytiquement, ce « trop sérieux » chez moi s’explique rationnellement.

__________________________________________________________________
Zantilar
02-09-2008 10:42:21

Brillant. Le titre du blog prend tout son sens.

__________________________________________________________________
Alchi
02-09-2008 21:51:36

J’ai lu ton article somno sur ton blog. Pertinent, bien écrit mais je me demandais si écrire un texte sur son ressentiment de non-culpabilité c’est pas quand même se sentir un peu coupable? Rien que le fait d’écrire sur ça, c’est évacué quelque chose non? A moins que tu culpabilises de ne pas culpabilisé… Mais après c’est de la psy à 2€ ce que je fais.

__________________________________________________________________
somnoleur140
02-09-2008 22:05:26

Mon ressenti de culpabilité, plutôt, non ?

Franchement, pour te répondre sans le faire, disons que j’ai écrit avec une palette de couleurs, deux tubes de gouaches (un blanc, un noir), et que j’avais une coupelle de flotte à disposition, « moi ». J’ai pas de sentiment de culpabilité. J’aurais pu, rien qu’avec l’histoire de mon pays, mon histoire personnelle à une échelle historique bcp + récente, etc… comme je l’explique, mais même pas. J’ai plutôt voulu mettre en mode « flou » les camps qui s’opposent, les lignes sont ténues au final si on gomme tout manichéisme à la con. Mais c’est pas politiquement correct de dire ça. Je sais pas si je t’ai répondu au final, mais bon, vu les retours officiels et officieux que j’ai déjà eu, je me dis que ça résonne en chacun selon son histoire, et sa sensibilité. Y’a la paternité qui est le vrai filin de l’histoire, finalement. Avant tout.

Si Mind ou quelqu’un d’autre capable de répondre passe par là, je me suis posé la question en écrivant quel était la teneur du programme scolaire au Sénégal, au Togo, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, etc… dans les écoles nationales. Et en contre-point, la même chose dans les collèges / lycées français sur place, même s’ils restent dans le giron de l’Education Nationale, est-il possible de passer sous silence ou de zapper au grand galop une page d’histoire aussi importante pour ceux scolarisés « là-bas » ?

__________________________________________________________________
Zantilar
02-09-2008 22:18:24

somnoleur140 a écrit:
« Y’a la paternité qui est le vrai filin de l’histoire, finalement. Avant tout. »

Et c’est ça qui défonce le plus, finalement.

__________________________________________________________________
somnoleur140
15-09-2008 22:27:39

Balla a écrit:
Salut, vous avez pas l’impression de prendre ça un peu trop au sérieux?

Merci Balla, merci JB…

https://chimeresdefamille.wordpress.com/2008/09/15/chimeres-de-famille-obsede-textuel/

__________________________________________________________________
Stringer-Bell
29-09-2008 21:01:09

Mais c’est quoi ce topic mais arrêtez la poudre putain

faut dormir en fait, moi je me rend compte que je dors pas trop c’est pour ca je hais les gens

__________________________________________________________________
Jean-Pierre
29-09-2008 21:29:13

Il est mortel ce topic, c’est pas loin d’être le meilleur du forum, c’est toi, tu dors pas et tu te tourbes trop, au bout d’un moment, ça perturbe la concentration, dis pas le contraire, tu crois que t’es concentré mais en fait tu passes d’une idée passionnante à une autre et tu suis pas le fil normal de la pensée.
La tourbe c’est mal.

Dit-il en pinçant ses lèvres pour ventiler un mèche.

__________________________________________________________________
Stringer-Bell
29-09-2008 21:52:46

Yo the P rock forty inch cables, drinkin white label My chain hang down to my dick, my piece bang glass tables Diamonds and guns before the fame, duke A nigga like me hold tecs, are you the same too? Goin through the motions, of gun holdin Long shotguns down my pants leg-limpin Killer bee you still livin, even my pops too He taught me how to shoot when I was seven (yo) I used to bust shots crazy I couldn’t even look because the loud sound used to scare me [POW!] I love my pops for that, I love my nigga D-Black I’ll take the life of anybody tryin to change whose left And through all of that a nigga ain’t scared of death All y’all brand new niggaz just scared to death I spent too many night sniffin coke, gettin right wastin my life, now I’m tryin to make things right Grand open some gates, invest, in the rag business Do things for the kids (the little Dunns)
Build a jungle gym behind the crib, so they can enjoy youth CBR’s and VCR’s ATV’s and big screen TV’s, nigga please Don’t make me have to risk my freedom We worked our whole life for this, you get your shit beaten For real.. (yo)

Tu comprends maintenant le processus d’écriture hein ???

Plus t’es vrai, mieux t’écris, parce que t’ecris ta différence dans ta merde. Plus tu grimpe dans ton introspection, plus c’est chaud car l’environnement est le même pour tout le monde, mais les gens sont différents. Il faut écrire toi, il faut écrire vrai, c’est comme le rap. Même si moi je préfère baiser des ingénues de 19 ans et lire des tragédies écoutant Big Twin.

__________________________________________________________________
Jean-Pierre
29-09-2008 22:05:49

Tu vois qu’il est bien ce topic.
Il y manquait juste ta contribution finalement.

Stringer-Bell a écrit:
Il faut ecrire toi, il faut ecrire vrai, c’est comme le rap.

J’écris moi, je crois aussi qu’il faut écrire vrai, mais pas comme le rap.
J’en écoute aussi, depuis quatre olympiades, du rap. Jamais je me suis dit que le rap devait écrire vrai ou quoi. Je sais pas de quoi tu parles là. Tu cites un texte de P?
Ouais, celui là est peut être « vrai ». Mais c’est du rêve mec. Je différencie la réflexion sous cannabis sur disque de l’écriture là.
Enfin sur ce topic en tout cas.

__________________________________________________________________
Stringer-Bell
30-09-2008 13:56:37

Mais tu fais genre de pas capter ou quoi ? quand je te parle d’écrire vrai, c’est comme dans Finding Forester, où Sean Connery dit au petit : « écris, écris je te dit, dépêche toi écris ! » et l’autre il est désemparé, il recule il demande « mais il faut que je reflechisse à ce que je dois écrire avant  » Et là Forester gueule, et lui ordonne d’écrire, là , à la jetée, sans réfléchir, car il sait que l’écriture c’est comme la baise, quand tu commence tu te dis pas, « je vais aller à tel rythme ». NON, tu commence et tu trouves le rythme progressivement. si tu réfléchis, c’est pas bon. Tu laisse les sentiments parler, pas le cerveau. Tu transformes les sentiments en mots, pas les pensées. C’est plus chaud.

__________________________________________________________________
Jean-Pierre
30-09-2008 22:56:22

Moi, je réfléchis quand je baise.
Et donc je fais pas semblant de pas capter. Par contre je le vois pas comme toi le truc.

Ici j’aime bien comme tu écris, tu vois les mecs t’ont dit « waw tu déchires Mind, tu devrais faire un stand-up » ou une autre fois « si tu fais un album, j’achète », je trouve ça un poil exagéré mais je comprends. Moi j’aime bien ta façon d’écrire, je trouve ça dans l’ère du temps, vite fait du savoir, des références bien larges, des théories décalées mais pertinentes, c’est super efficace dans une conversation écrite. J’aime bien comment tu jettes tes mots, il y a une certaine violence que j’apprécie. Par contre, si tu écrivais des chroniques ou des articles ou un truc plus long de la même façon, je sais pas si je trouverais ça aussi amusant. Mais faudrait que t’essayes, il y a moyen que je me trompe.
Pour ma part je suis comme Forester voudrait que le gamin soit, j’écris très vite et les seuls trucs que j’ai rendus public sont ceux sur lesquels je ne suis jamais revenu, parce que si je reviens dessus, je change tout.
Les gars qui écrivent ici ont pour la plupart une écriture plutôt réfléchie, les mecs développent des idées de manière fluide, construisent leurs écrits et ça se sent. Et je parle bien des chroniqueurs du site-mère pas des membres du forum.

__________________________________________________________________
Jean-Pierre
01-10-2008 01:24:06

Avant d’écrire ceci j’avais pas lu ceci:

n peu plus tôt dans l’après-midi en devisant du film avec Connery que JP a pas vu de toute façon, Stringer-Bell a écrit:
C’est justement ca qui a réussi à être évité, notamment en choisissant Sean Connery. Avec n’importe quel autre acteur sexagénaire, ca l’aurait pas fait, mais là c’est vraiment la rencontre du vieux connard tourmenté et du p’tit gars qui a beau avoir un gros QI, ca en reste pas moins un jeune con comme tout les autres qui a des trucs a apprendre. Ca c’est plutôt bien retranscrit. J’aime bien quand ils vont au stade, et que l’autre pete un câble. Ca c’est hyper réaliste, quand tu restes longtemps enfermé chez toi, tu deviens très vite agoraphobe, c’est le cas de beaucoup d’écrivains (genre James Ellroy) qui ne sort pas trop de chez lui parce qu’il a peur que le monde extérieur perturbe ses bouquins.

Et ceci prouve que je me suis planté plus haut en tentant de caricaturer ta « façon d’écrire »…
Dont acte.

Je pense que je deviens un interlocuteur chiant dans la discussion.

__________________________________________________________________
Word
01-10-2008 01:43:23

ça vous chauffe de faire un atelier d’écriture?
Genre sa coute trop cher, j’en ai fait un y’a quelques jours, qu’avec des vieux, il m’en voulait, des coups de cannes dans l’œil. Mais c’est cool, t »as plus la boule qui tombe dans le ventre avant d’écrire. Moi j’ai une flippe de ouf avant de démarrer une page, j’attaque mais sa fait peur.Y’a des textes que j’ai lâché qui sont trop moi pour être moi. C’est la flippe du nombril. Il est plus saignant qu’il n’y parait.
Et les gens, ils sont cools mais pourquoi on les hait? On dirait une hutte avec pleins de bouquins et des sac a dos au bedo l’abcdr, on s’aime mais les arbres y sont cons.

8 réflexions sur “Processus d’écriture ou le syndrôme de la feuille grise

  1. Moi c’est vraiment un exercice de style que j’arrive pas à faire, une impression que je peux me permettre de faire ca que quand je connais parfaitement la discographie de l’artiste. Aussi parceque meme si le temps passe j’arrive pas à dire pourquoi j’aime un morceau ou un album ca reste du ressenti rien de rationel juste moi et mes émotions.

    J'aime

  2. Mais Bachir, je prends l’exemple de Clyde dont tu parles souvent : t’arrives à communiquer tes émotions d’une belle manière et c’est kiffant pour le lecteur que je suis.

    Perso, je reste persuadé qu’une « chronique » n’est intéressante que quand elle parle un tant soit peu de son auteur en filigrane ou en creux. Si c’est clinique, c’est moche, froid.

    J'aime

  3. Sur le blog j’ai pas de soucis c’est vrai, mais ca reste très « fan de ».
    Sur HHCore par contre les chroniques ne me viennent pas aussi facilement (et pourtant j’ai meme pas peur de Bax). La dernière que j’ai faite c’etait Haroun et ca rejoint carrément ce que tu dis Somno, je parle de moi à travers ce disque.
    Ca s’apparente un peu à de la mégalomanie?

    J'aime

  4. Pas de mégalomanie qui tienne, non. Après, y’a des gens pour qui une chronique peut-être (systématiquement) décisive dans la découverte ou l’achat d’un disque.

    Ca a jamais été le cas pour moi. Donc outre les considérations et conclusions musicales que l’auditeur lambda peut aussi bien formuler que n’importe quelle plume de Rédaction, ce qui fait la différence pour moi, c’est ce que l’auteur met de lui dans son papier.

    Y’en a qui diront « Mais non, on s’en branle, faut s’en tenir à la musique », sauf que pour moi, y’a pas de dichotomie imposée. La difficulté, parfois, c’est qu’il faut aller outre une certaine pudeur pour y arriver.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s