La mécanique du Terminus

En dépit du maigre degré sur le thermomètre ce matin, une douceur certaine régnait sans que l’humidité ne se fasse sentir. Pourtant, le brouillard habillait délicatement les silhouettes qui, en nombre inhabituel, allaient et venaient déjà. 09h08 au loin, sur le cadran de l’église : à mesure que je m’en approchais, des grappes de piétons d’un […]

Lire la suite de "La mécanique du Terminus"

Anderson of a Gun

Comme une envie de pisser. Un œil sur le téléphone : 04:54. La carte principale est commencée mais le main event est encore dans les starting blocks. Pas un bruit, je me lève, laisse mes filles et ma femme disserter avec Morphée, fais un crochet par la cuisine, lait frais, chocolat, ça grince, ça gargouille, […]

Lire la suite de "Anderson of a Gun"

A nos nuits perdues

Seule la lumière rouge du radio-réveil grignotait la nuit noire dans la petite chambre du Gosse. Deux heures du matin. Exactement. Le réveil gueule sa mélodie infernale; le Gosse l’éteint vite pour ne pas réveiller sa sœur. Il descend de son lit superposé, enfile sa robe de chambre et se dirige vers le salon à […]

Lire la suite de "A nos nuits perdues"

Les particules de Dieu.

Tu ratures, tu ratures jusqu’à trouver le bon rythme, le bon vocable. Et encore, raturer est un privilège. Tu couches au moins quelque chose, et ça n’est pas donné à chaque occasion. Tu attends d’être frappé par la foudre, d’être appelé, mis sur la voie. Parfois, sans succès. Le train bleu de Coltrane est passé […]

Lire la suite de "Les particules de Dieu."

Daughters City Gang

Elles constituent le biseau aimanté de ma boussole. Celui qui te donne le cap, te fait garder le Nord. Elles savent déjà que leur père est bourré de défauts, qu’il fera des erreurs mais que sans Elles, il n’est pas grand-chose et qu’avant Elles, il n’était rétrospectivement qu’un moins que  rien. Et qu’il n’aura d’autre […]

Lire la suite de "Daughters City Gang"

Mistral gagnant

Les huissiers, les disparus, le divorce. Tu ne sais rien de moi, rien ou si peu, ce que je veux bien te donner tout du moins. Si l’étau se resserre, je n’en laisse rien transparaître, tu ne vois que ma chance finalement. Celle d’aimer et être aimé. J’encaisse les coups sans jamais rien dire ou […]

Lire la suite de "Mistral gagnant"