Cut Killer – FREESTYLE Mixtape (1995)


Attention, poids lourd. Première tape à rassembler un casting 100 % francophone, chose qui n’allait pas de soi à l’époque, la Freestyle de Cut Killer figure également parmi les toutes 1ères K7 mixées sorties sur notre sol. DJ Clyde et Cut Killer ont ouvert la brèche, suivis de très près par DJ Poska, pour peu à peu créer un appel d’air tel que le support mixtape se révèlera incontournable. Objet de promotion, carte de visite, champs d’expérimentation et de liberté, pas évident de se remettre toutefois dans le contexte de l’époque tant l’objet s’est banalisé rapidement, envahissant un temps les étalages de shops : à la portée de tout le monde, ultra démocratique, aidée d’une VPC qui arrose le pays. Mais la banalité a aussi contaminé l’objet en lui-même : tracklist fourre-tout, concepts et pochettes bas du front, mixtape pas mixée (oui, oui, mais bon, en même temps, aujourd’hui, il y a bien les « mixtapes CD », parfois pas mixées non plus). Pas de petits profits sans grandes économies. Moué. L’histoire se fera justice elle-même, reléguant au pilon les sorties hasardeuses.

Avec un indéniable flair et un réseau d’amis qu’il mettra en orbite le long de ses sorties (mixtapes spéciales Sleo, Too Leust, Fabe & East, K-Mel, Sages Poètes De La Rue, La Cliqua, I Am, Boogotop, Lunatic, Afrojazz, Ménage A 3, D.Abuz System, Mafia K’1Fry, que l’on retrouve d’ailleurs tous sur la K7 Freestyle), et même si ses 1ers galops d’essai sont majoritairement empreints d’une stricte sélection us avec de brèves apparitions d’artistes français, l’ami Cut Killer va dénicher les têtes de demain ou constituer une suite de rampe de lancement en concoctant les concepts de ses sorties suivant son invité (fil conducteurs tels que la radio FM pour la spéciale La Cliqua, la mystique autour du nombre 361 pour les 2 spéciales I AM, dialogues d’Usual Suspects pour la D.Abuz ou extraits de la série L’Envahisseur pour K-Mel d’Alliance Ethnik), et en laissant de côté l’amateurisme des pochettes rudimentaires et artisanales pour des visuels uniques (pochette mythique de Mode 2 pour La Cliqua, ou la très réussie pochette de Jahyze pour la Afrojazz). Un indéniable flair puisque la très grande majorité des invités mis en lumière sur la K7 Freestyle par exemple a marqué de son empreinte une période de l’histoire de cette musique en France. Night & Day et Pias n’auront qu’à se baisser pour gonfler leur catalogue. Bon, trêve de blah blah, « MAGNETOPHONE, SERGE !! »

Chaque titre est un morceau en soi, loin d’une prestation éclair et bâclée (productions originales pour les Beat 2 Boul par les Sages Po, les T.O.P par Kead, les Hip Hop Swing par Hasheem, I Am par Akhenaton, les Too Leust par Jee-M.G et Hostil par lui-même), et donne parfois lieu à un meeting entre membres de collectif, façon mariage où la fête est prétexte aux retrouvailles : Le Complot des Bas Fonds, La Cliqua, Le MA3 et le Beat 2 Boul’ se taillent logiquement la part du lion, supériorité numérique oblige. Mais la force du nombre n’est pas seule responsable du saccage sonore : Fabe, Lso, Bo Prophete, Koma, Jazzy Ko & Sly D.O, Egosyst, Doc Odnok, Rocca, Daddy Lord C, Raphaël, Doc TMC, G-Kill, Mr R, Lyon-S, Krokmitten, Philo, L.I.M, Boulox, Houssen, Ali & Booba, Zoxea, Melopheelo et Dany Dan. Schindler himself n’aurait pas pu sauver tout le monde tant la liste est longue ET impressionnante.

Autant dire que ceux qui ont mis le doigt dans l’engrenage à cette époque et ont ruiné la bande chrome de la K7 ressentiront quelques frissons et pardonneront quelques maladresses, facilités et flows qui se cherchent encore. Les cicatrices ne bronzent pas au soleil, mais la nostalgie fait office d’un bon Photoshop parfois, au détriment de l’objectivité. Un Fabe encore préoccupé essentiellement par l’egotrip, comme beaucoup de ses coreligionnaires, inaugure l’Exposition Universelle ; Befa, déjà autoproclamé « impertinent » fait croquer ses frères : les Bo Prophet alias Bobo Stara et sa voix caractéristique et éraillée puis Loss Lechar et son cheveu sur la langue qui en place une pour Lucien, LSO est représenté par Force Rouge aka Diable Rouge aka Trick-Pa, futur membre éphémère de l’équipée Time Bomb. Koma, méconnaissable, se cherche et tâtonne encore, rendant encore plus remarquable la sobriété et l’efficacité de ses prestations à partir de Tout est calculé et on décèle même déjà un embryon de décalage dans son texte (« je ne suis pas dangereux, /ni gangster ni le neveu/ d’un parrain de la mafia /je suis un gars comme toi… »), puis les Sleo concluent l’affaire pour le 3 Majeur Flow. Marrant d’entendre Jazzy Ko citer Hakim Tafer, boxeur français du moment absolument cité par tout le monde à l’époque (Daddy Lord Clarck, Booba, Zoxea…), assez pratique pour recontextualiser les débats. Les textes visent la forme avec un gros travail sur les sonorités (assonances et allitérations en pagaille), et le plaisir du jeu de mot à tout prix. Le rap contact exercé comme une discipline martiale, aidé en cela par l’émulation entre groupes et l’effervescence d’une nouvelle scène qui voit le jour lentement mais sûrement. Le seul arbitre de ce jeu-là était la base, avant qu’une radio, parmi d’autres causes, ne vienne perturber la donne, mette à genoux les radios Black List et ne fasse l’arbitre elle-même pour ladite base.

Les 2 Neg, pas encore accoquinés avec les 2 Bal Niggets, sont déjà en mission suicide. C’est nerveux, Eben et Niro lâchent les chevaux avec l’énergie qu’on leur connaîtra encore plus tard avec les jumeaux sur scène et sur disque.

Puis on ne sait plus où donner de la tête : Kohndo met la barre tellement haut qu’on ne se doute pas qu’une armée de Dick Fosbury viendra égaler sa perf’. Egosyst, la seconde moitié du Coup D’Etat Phonique, balafre comme à l’accoutumée l’auditeur d’une oreille à l’autre (avec en point d’orgue de ses prestations son couplet resté dans les annales sur Rap Contact I de la Compilation Arsenal Représente Le Vrai Hip Hop). Puis le massacre continue avec La Squadra. Rocca et le Dad ne frappent pas avec un jab de débutant. Certains lyrics seront reposés ailleurs, mais les voix et les flows tuent tellement et avec tant de facilité qu’on actionne volontiers la touche Rewind. Puis le très jeune Raphaël conclut comme il peut après de tels passages à tabac. Fumer les micros en public était encore toléré à l’époque, c’est beaucoup moins vrai aujourd’hui. Seulement 3 titres écoutés, et on en a eu largement pour notre temps et notre argent.

Suit Manu Key qui représente pour Mista Flow et le fabuleux Lil’ Jahson, avec DJ Mehdi aux cuts, et préfigure le scandaleux morceau que le mentor de la mafia africaine partagera avec Dany Dan, Gravé sur mes shoes. Les projets d’un album commun entre ces deux-là restera longtemps un serpent de mer, alimenté par le titre Mon pote & moi où les 2 compères remettront ça encore une fois.
Crokmitaine et le D.O.C ouvrent le bal façon Carrie : vibe horrorcore pour le 1er, étonnant slackness pour le dérangé Docteur TMC, même le Triple-12 Quai des Orfèvres est en branle. Mais l’onanisme ne s’arrêtera pas là : Philo, G-Kill, Mr R et Lyon-S finissent de répandre les restes d’Agent Orange et on s’échappe comme on peut en imitant Kim Phuc.

Courte pause afrocentriste de B-Love bien manichéenne comme il faut, puis des chœurs horribles précèdent Abuz, toujours épileptique au micro. Re-pause avec les Poètes Hop Jazz : Vibe, Welcome et M.J ramènent le chant pour le plus grand bien des tachycardes jusqu’ici peu épargnés. Les très jeunes Petits Boss, alors plus exposés en France que leurs aînés du Double Pact grâce entre autre à leurs contacts avec La Cliqua, débitent un peu tout et n’importe quoi sans être encore trop sûrs d’eux. Avec aux cuts DJ James (qui sera lancé dans le bain des k7 mixées par Cut Killer, en passant), les Roots Neg K-Reen, Manifest et le tueur Nob allient chant (grâce à K-Reen) et rap (K-Reen est aussi de la partie dans ce registre) avec déjà une préoccupation qui sera constante le long de leurs apparitions toujours marquantes (11’30 Contre Les Lois Racistes, Ma 6-Té Va Crack-Er, compilation Cercle Rouge et divers mixtapes) : la négritude, héritière d’un Cheikh Anta Diop, d’un Césaire ou d’un Senghor, loin des ersatz afrocentriques d’une Nation Of Islam vainement importés par certains de nos compatriotes. Les Lyr-X, déjà évoqués dans les articles précédents, livrent le minimum syndical et soignent leur CV ni vus ni connus, puis les Hip Hop Swing (nés sur les cendres des défunts N’Groove avec Tino, Joce et Hasheem avec à leur actif un maxi produit par Boom Bass & Zdar) constituent la caution New Jack du projet, à l’heure où les Jodeci, Guy, Blackstreet ont déjà explosé outre-atlantique. Seuls restent Joce et Hasheem qui balafreront d’ailleurs à l’époque la compilation Sensitive et terminent ici notre Face A en douceur.

Et c’est le duo du Côté Obscur qui ouvre la marche pour la Face B. Akhenaton et Shurik’N sont à l’aise comme à domicile ; le maître des lieux leur offrira d’ailleurs 2 mixtapes concepts à eux seuls (mixtapes 19 361 vol.1 & 2). Du lourd qui annonce la même année le définitif et parfait monolithe Métèque & Mat. L’académie Beat 2 Boul lâche les chiens : le juvénile Houcen (Movez Lang) récidive après les 2èmes Cool Sessions de Jimmy Jay, puis vient la violente passe d’armes des Lunatic, récents évadés du Coup D’Etat Phonique d’Egosyst et Kohndo qui drainait aussi les Less’ Du Neuf dans son sillon. Les flows se cherchent encore, entre précipitation et la limite du off-beat, quête définitivement résolue lors de leur passage vers Time Bomb. Si certains lyrics d’Ali seront repiqués façon scratch sur le terrible « La Réalité » d’Akhenaton, le duo laissera sa carte de visite pour la mixtape n°13 de Cut qui leur sera donc dédiée quelques temps après. Le dandy bandit Dan découpe littéralement avec ses placements caractéristiques et ses phases venues d’ailleurs avant de laisser la conclusion au posé Melopheelo et au Zoxeakopat qui part en sucette. La camisole n’est pas loin, mais c’est pour la bonne cause.

Dans un registre aussi énervé, les encore méconnus Afrojazz posent des jalons qui leur permettront de décrocher eux aussi une tape concept entière avec l’ami Cut Killer. Ca braille dans tous les sens, on n’est pas forcément convaincu sur le coup, mais la bataille rangée se terminera en bataillon par la suite. Perle noire sera là pour en témoigner.

Comme d’habitude, on zappe assez vite Saliha, puis Big Foot et Hostile (La Bande de Gaza), proches du 501 Posse et des Démocrates D, ramènent un peu de violence après cet intermède nasillard et plan plan. Cartel Despee alias Sept et Baron Faty (futur Boogotop), trafiquants de rimes assumés, assurent leur intervention sans bavure. Mr Sept n’aurait d’ailleurs pas dépareillé à l’époque parmi les 2 Bal’. A l’époque parce que de gutturale, sa voix est devenue caverneuse. Les Dieux de L’Olympe peuvent en témoigner.
Suite des ramifications avec la tribu Jimmy Jay Productions : Ricardo des Lamifa passe les plats vers les membres du Damier pour un des temps forts de la cassette. Chant et kick combinés, on a l’impression d’entendre un « Banlieue Nord » bis de la part de jeunes loups affamés comme La Tribu (qui feront sa 1ère partie en compagnie de La Cliqua à l’Elysée Montmartre en conclusion de sa tournée pour son 1er LP), Osmoz ou Les Blues qui limite mettent à l’amende Ménélik.

Ayant tout juste traversé de pare en pare l’album Deenastyle de Dee Nasty, les T.O.P (Type Original de Poètes ou Top Of Paris) reprennent du service. Le couplet et refrain du patron East sera repris pour « Du bon côté du revolver » avec Eros sur son E.P posthume EastWoo. Après le vandalisme urbain, la leçon est studieusement appliquée à la musique. La Comatec les remercie.

Osez des Sens Unik puis surtout Doudou et Joël de Timide & Sans Complexe mettent la pression, accompagnés de Cut Killer par ses scratchs de la voix de Fabe. La fête vire au macabre, les corbillards et les vautours s’invitent au banquet qui redevient festif le temps de la partie d’Original Blue Funk avec Jimmy et son frère Busta Flex. Le 1er rappe façon vinyle calé à l’envers en accélerant et décélérant à loisir, le 2nd a déjà des tics que l’on retrouvera sur Les Schyzos avec des accents de hyène rieuse en fin de mesures. La conclusion est laissée aux Too Leust, déjà responsables de la tape n°9 de Cut Killer en tant qu’invités principaux. Jee-M.G alias Juan Marco, ex New Generation Mc’s tout comme Eddy Boostafunk alias Eddy Kent, et Bal 2 Match ferment la marche avec un gigantesque name dropping reprenant un bon nombre d’acteurs du mouvement.

N’en jetez plus, l’abattoir est complet.

6 réflexions sur “Cut Killer – FREESTYLE Mixtape (1995)

  1. pour moi, la meilleure mixtape rap français de tous les temps.
    je l’ai squattée un nombre incalculable de fois.

    J'aime

  2. Salut mec, tout d’abord félicitation pour l’article il est opérationnel… sinan je t’écris parce ce que j’ai grave besoin du freestyle d’Original Blue Fonk… je te laisse mon adresse johney93@hotmail.Com
    si ya moyen de me l’envoyer…

    J'aime

  3. yo boy !! merci pour ces sons !!! comme bongo roro, jlai squatté jusqu’a plus de son cette mixtape !!! énorme !!! trop de souvenirs !!!

    respect 2 tha max !!!!

    J'aime

  4. yey garcon!
    merci pour ces sons :
    la meilleurs periode du rap francais pour moi. trop fort.
    purs souvenlrs; les vrais savent!
    BIG UP

    J'aime

  5. Wesh,
    désolé pour le dérangement mais jvoulais savoir ou je pouvait télécharger cet mixtape pcq sa fait plus de 3 ans que j essai de la télécharger sans succès… ou plutôt si t’arrive a m l’envoyé si jte donne une adresse…

    Sa déchirerai tro

    merci pour la réponse

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s